INTRODUCTION

Je vous offre l’ensemble de mes billets, pour enrichir vos réflexions et ainsi élargir le « champ des possibles ». Le fait de citer divers auteurs, souvent politiquement incorrects voir controversés, ne signifie pas pour autant que j’approuve tout ou partie de la vision qu’ils développent.

Si nous sommes pris par les « Z’élites » pour les « Z’imbéciles » que nous sommes devenus, c’est à nous seuls qu’il appartient de ne pas le rester. C’est pourquoi je cherche à vous apporter une pluralité de sources d’information pour vous aider à « faire le tri » parmi la masse de « vraies fausses nouvelles officielles » que nous assène le pouvoir économico- politique, relayé par leurs « grands merdias ».

Le but de mes écrits n’est pas de vous faire peur, mais de vous préparer, car c’est en sachant les choses qu’on peut mieux les gérer. Je m’attache à avoir une réflexion sur « le temps long » et à ne pas donner dans le catastrophisme, sans aucunement éluder « les réalités dérangeantes ». Plus largement informés, nous pouvons tirer le meilleur des évènements, devenir plus forts et ainsi être en mesure d’aider ceux qui veulent progresser. Je souhaite simplement contribuer à la prise de conscience que si « tout va mal » autour de nous, c’est individuellement qu’il nous appartient de faire ce qu’il faut, pour que « tout aille mieux » collectivement. 

En cette période ou nos repères disparaissent et l’avenir est incertain, il ne s’agit pas de juger. Le bien ou le mal n’ont pas de signification en soi. Il est juste question de comprendre et d’anticiper l’évolution des « règles du jeu » qui nous sont soigneusement cachées par les élites qui nous dirigent. C’est avec une meilleure connaissance de ces règles que nous tirerons profit des évènements, au lieu de les subir.

Les positions que j’exprime étant l’expression de « ma vérité », je vous donne l’accès à mes sources, afin d’être en mesure d’avoir VOTRE appréciation, éventuellement différente des miennes et ainsi construire VOTRE vérité, la seule qui vaille à mes yeux. Je vous invite à vous joindre à moi pour transformer nos potentielles peurs en saine curiosité. Vous verrez à quel point c’est une source de sérénité.

Bonne lecture.

 

À un jour près il y a un an, je prenais, en même temps que la plume le clavier, le risque, en toute humilité, de titrer mon billet « Mes anticipations pour 2018 ». Comme tous mes écrits présents sur ce blog depuis avril 2012, il était le fruit de ma pratique, de mes observations des choses de la vie et du recoupement de mes nombreuses lectures, principalement des médias alternatifs, mais aussi des sources d’information plus traditionnelles, dites « grand public » ou comme il faut dire pour faire môôôderne : « la presse mainstream ». C’est donc le moment d’examiner ensemble la pertinence de mes anticipations, puis, tout aussi humblement, de renouveler l’exercice pour l’année 2019.

Pour ce qui est de mes anticipations concernant la Chine, j’écrivais :

  • « Pour développer sa puissance sans « faire peur » au reste du monde, elle a joué la carte du réseau, en étant une des constituantes des BRICS dont elle est maintenant le principal moteur avec la Russie comme je vous l’ai relaté dans mon billet du 31 janvier 2015. Dès 2018, elle ne tardera pas à abandonner ce « paravent » pour avancer SES pions plus ouvertement sans trop apeurer ».
  • Il s’est passé un phénomène politique majeur en marge du treizième sommet du G20 qui s’est tenu à Buenos Aires les 30 novembre et 1er décembre derniers : l’abandon du « format BRICS ». Avez-vous remarqué le silence assssourdissant des Z’officiels de l’Union européenne autant que celui des grands merdias, uniquement préoccupés de savoir ce que le président Macron pensait de la manifestation des « gilets jaunes «  sur les Champs-Élysées. Comme je l’avais anticipé, l’abandon du « paravent » des BRICS a donné naissance au « format RIC », c’est-à-dire un sommet trilatéral comprenant la Russie, l’Inde et la Chine. Et cela à l’initiative du président Poutine, j’y reviendrais à propos de la Russie
  • Concernant l’or de la Chine, j’écrivais : «Je pense qu’en 2018, elle continuera d’amasser de grandes quantités d’or physique, son objectif étant d’assurer rapidement la crédibilité du yuan en le rendant convertible en or ».
  • Sur le plan militaire, j’écrivais : «La Chine cherche à tout prix à éviter une confrontation armée avec l’Amérique ».
    • Beaucoup plus maline que les Américains qui cherchent à imposer leur modèle par la force, la Chine agit beaucoup plus discrètement pour faire prévaloir ses idées. J’en veux pour preuve le fait qu’un récent rapport de « la commission à l’examen des affaires économiques et de sécurité entre les USA et la Chine», souligne, bien que cela ne soit pas ouvertement dit, mais clairement insinué, que la Chine prend part à une soi-disant « longue marche au sein des institutions » pour modifier les politiques et les perceptions américaines depuis l’intérieur. Une sorte de « guerre d’influence » sur le sol des USA.

 

Passons à mes anticipations relatives à la Russie, j’écrivais :

  • « Pour les mêmes raisons que la Chine, la Russie a « joué » la carte des BRICS afin de pouvoir un jour pleinement exister économiquement sur le plan international».
    • Force est de constater que la création du format RIC que j’ai abordé au sujet de la Chine, c’est produit à l’initiative de Vladimir Poutine. Mieux, à l’issue de cette première réunion, les dirigeants des 3 pays se sont mis d’accord «pour tenir d’autres réunions trilatérales de ce type en d’autres occasions de rencontre multilatérales ».
  • Concernant l’or de la Russie, j’écrivais : « Parallèlement, comme la Chine, la Russie continue, pour les mêmes raisons que son grand voisin, à accumuler de l’or physique. J’anticipe que 2018 verra encore s’accentuer ce mouvement».
    • Avec près de 1 891 tonnes d’or physique, en mars 2018 la Russie dépassait de 48 tonnes les réserves d’or de la Chine. « Certains lecteurs » penseront peut-être : « Hubert, tu cites là des chiffres communiqués par « l’éditeur patenté de fausses nouvelles » puisqu’il s’agit de « Sputnik ». Et moi de poursuivre : « l’autre média de propagande russe », c’est à dire RT France, nous cite un rapport du World Gold Council (WGC) qui nous apprend qu’en novembre 2018, les réserves d’or physiques de la banque centrale russe s’élèvent à plus de 2 000 tonnes !!! Alors les « certains lecteurs », toujours aussi sceptiques ? Même le président Macron est revenu sur ses critiques relatives à ces « organes d’influence et de propagande», pour finalement les accréditer à l’Élysée. Ce ne fu certainement pas de gaité de cœur, mais il faut reconnaitre que se sachant « au bout du fusil » RT France a adopté une ligne éditoriale quasi sans reproche, au point de produire une émission de « débat équilibré » au titre évocateur « Interdit d’interdire ».
  • Sur le plan militaire, j’écrivais : « Ses succès militaires et diplomatiques dans le cadre de la guerre de Syrie renforcent la réputation de Moscou et incitent d’autres pays en cours de développement à rechercher son amitié et sa coopération, comme récemment, le Soudan qui a demandé au président russe « la protection contre des actes d’agression provenant des États-Unis».
    • Je vous renvoie à mon billet du 3 novembre 2018 ou je vous citais l’historique d’un « simple contrat d’armement» signé avec l’Arabie Saoudite pour la livraison de simples « systèmes de missiles russes de défense anti aérien S400, le fleuron de l’armement de défense anti aérienne actuel sur le plan mondial ».
    • Dans celui du 30 juin 2018, je vous expliquais en quoi la Russie avait la supériorité militaire, IN CON TES TÉE par les USA : « le « bienheureux Vladimir », est devenu incontournable pour dénouer l’affaire syrienne et assurer la stabilité de cette région du monde. Par ailleurs, honte suprême, l’OTAN reconnait non seulement la supériorité de l’armement russe, mais qu’elle est aujourd’hui totalement « hors course » en matière de stratégie militaire ».
    • Lors de sa rencontre avec le conseiller du président Trump à la sécurité nationale, John BOLTON au Kremlin le 23 octobre 2018, notre Vladimirovitch s’est payé le culot de lui déclarer publiquement, en faisant référence au « grand sceau » des États-Unis d’Amérique, qui comprend un pygargue à tête blanche tenant 13 flèches dans ses griffes et une branche d’olivier avec 13 olives de l’autre côté « J’ai une question : est-ce que votre aigle a ramassé toutes les olives et il ne reste que des flèches?». Il est sûr de lui ce Poutine, très sûr.

  • Si l’accentuation de la dédollarisation de la Russie et de la Chine que j’avais anticipée s’est bien produite, je me suis totalement trompé au sujet de la reconnaissance mondiale de l’agence de notation russo-chinoise Universal Crédit Rating Group.

 

Venons maintenant à mes anticipations relatives aux États-Unis d’Amérique, j’écrivais :

  • « Sur le plan économique, encore plus qu’en France, la classe moyenne se fait laminer. 78% des salariés vivent d’un chèque de paie à l’autre. Le réel taux de chômage est bien loin des chiffres officiels. En 2018, il ne faut pas s’attendre à une amélioration de cette situation quand le nombre d’Américains sans logis augmente de façon aussi importante ».
    • Comme le relève Michael SNYDER pour le Saker « Les prévisions à long terme du bilan des États-Unis continuent à s’aggraver progressivement […] le crédit à la consommation se chiffre à 3 870 milliards de dollars (progression de 48 % en 10 ans)[…] la dette étudiante a dépassé les 1 500 milliards de dollars (+ 79% en 8 ans)[…] Nous sommes au cœur de la plus grande « apocalypse de la vente au détail » dans l’histoire étasunienne. À ce jour, en 2018, 57 grandes surfaces ont annoncé des fermetures de magasins ».
  • Sur le plan politique, j’écrivais : «L’Amérique est très malade, contrairement aux affirmations de sa presse aux ordres. Cela est devenu visible à l’occasion de la dernière élection de son président. Elle est socialement profondément déchirée pour longtemps et bien malin est capable de dire quel camp détruira l’autre en 2018. Les démocrates n’ont toujours pas accepté « d’avoir perdu ».
    • La fracture est béante entre deux parties de l’Amérique et celle-ci est durable comme l’analyse fort bien Philippe GRASSET pour « Dedefensa ». Le « piège Russe » pour abattre Trump n’ayant pas fonctionné, les démocrates et les républicains continuent, avec l’aimable complicité des services secrets, à s’écharper dans le cadre d’une « nouvelle affaire de collusion de Trump avec Poutine »… Du grand n’importe quoi qui accentue encore les divisions du peuple américain qui ne se rend pas compte à quel point il est manipulé.
  • À propos de la campagne « anti Russe », j’écrivais : « La véritable hystérie russophobe qui sévit depuis l’élection de Donald TRUMP n’a pas fini de faire des ravages….Inattendus. L’affaire qui est en cours de « sortie » dans une partie de la presse aux USA est É NOR ME : Il semblerait qu’un véritable « coup d’État » pour faire gagner à tout prix Hillary CLINTON , aurai été organisé par, rien moins que le FBI, la CIA, le parti démocrate et l’ex-président OBAMA ainsi que sa ministre de la Justice Loretta LYNCH. Ce complot aurait continué une fois l’élection passée, le but étant d’obtenir la destitution du Président TRUMP pour collusion avec l’ennemi que serait la Russie de Poutine. Les investigations journalistiques prospèrent et je n’ai nul doute sur le fait que les élections de mi-mandat de 2018 seront l’objet d’affrontements encore plus durs que ce qui s’est passé en 2016».
    • Le « scandale du Russiagate » n’a cessé d’évoluer au cours de 2018… en défaveur de la version soutenue par le parti démocrate. Les investigations montrent qu’il y aurait eu une « société secrète » au sein du FBI et du ministère de la Justice pour saper le travail du président TRUMP. Un mémorandum de la chambre des représentants révèle que l’affaire de la collusion a été montée de toutes pièces. D’autres investigations mettent en évidence une « réunion secrète » entre le Président OBAMA et le directeur du FBI, James COMEY pour « démasquer » la fameuse collusion avec les Russes. Le 19 mars 2018, la commission du renseignement  du congrès annonce : « La théorie du complot à propos de cette collusion s’effondre. Il n’y a aucune preuve de collusion à ce jour après plus d’un an d’enquêtes à la chambre et au Sénat […] La seule chose qui soutient un récit de collusion est aujourd’hui la complicité des médias ».
    • Les élections de mi-mandat se sont déroulées dans un climat hystérique digne d’un opéra bouffe avec cette pseudo affaire de colis piégés. Comme le l’avais anticipé dans mon billet du 3 novembre 2018 : « Même si je pronostique une victoire des républicains et donc LA victoire personnelle de Donald TRUMP, les positions de l’état profond sont « fermes et définitives». À mon sens, les élections de mi-mandat sont bien une victoire pour les républicains et donc du Donald, explications : Si les démocrates ont bien « repris » la majorité à la chambre des représentants, le sénat est toujours « aux mains » des républicains ce qui empêche de fait une procédure de destitution du président Trump. Mieux pour lui, le fait que dans le processus législatif américain, le sénat a plus de pouvoir que la chambre des représentants. De plus, c’est lui qui a « le dernier mot » avec l’utilisation de la procédure « Filibuster ». Il s’agit donc d’une « discrète, mais efficace victoire » pour l’ami Donald.

 

Continuons avec l’Europe. J’écrivais :

  • «J’anticipe que si de nouveaux attentats surviennent outre-Rhin (il serait surprenant que cela n’arrive pas), la montée du parti eurosceptique « Alternative pour l’Allemagne» (AfD), évidemment qualifié d’extrême droite, par notre « déconeur » national, Le Monde, qui s’arroge le titre de « Maître es fiabilité » de l’information, sera spectaculaire ».
  • Au sujet de la banque centrale européenne, j’écrivais : « Je ne serais donc pas surpris qu’en 2018, la banque centrale européenne (BCE), perde son indépendance, du fait d’une reprise en main du « plus fort » qu’est l’Allemagne ».
    • Je me suis là lourdement trompé, car l’actuel président de la BCE Mario DRAGHI, devrait poursuivre sans encombre la fin de son mandat jusqu’en octobre 2019. Sans chercher d’excuse, je pense que l’affaiblissement de l’Allemagne au sein de l’Europe du fait des défaites électorales du parti de la chancelière Angela MERKEL, n’y est pas étranger. Si la chancelière souhaite toujours un successeur allemand, aux commandes de la BCE, le jeu est maintenant plus ouvert. Une chose est sure, il ou elle sera l’exécuteur fidèle des directives de l’oligarchie mondialiste qui a elle, dans le secret, déjà fait son choix.

 

Poursuivons avec la démocratie. J’écrivais :

  • « La soif de « têtes nouvelles », le « dégagisme » et la parité font que 2018 verra le nombre de femmes en responsabilité des affaires, augmenter, pour le plus grand bien de tous».
    • En 2018, le monde ne compte que 21 dirigeantes, quand 60% des pays n’ont jamais eu de femme à leur tête. Cette année, seules 4 femmes ont accédé au pouvoir suprême dans leur pays. Victoria DANCILA en Roumanie. Mia MOTTELY à La Barbade. Paula-Mae WEEKES à La Trinité et Tobago et Sahle-Work ZEWDE en Éthiopie. La parité s’installe dans les gouvernements au niveau mondial. Le mouvement est lent, mais irréversible et c’est tant mieux.

 

Terminons cette rétrospective avec l’économie. J’écrivais :

  • « Pour ce qui est de 2018 et des années à venir, je pense que le développement du bénévolat, de l’économie collaborative, du marché de l’occasion et du troc, va plus largement se développer […] les notions « d’éthique », de « responsable » vont passer du slogan marketing actuel, à une pratique effective[…] Le phénomène de transformation du monde du travail va s’amplifier avec la montée en puissance de la robotisation des tâches et de l’essor de l’intelligence artificielle qui vont remettre en question beaucoup d’activités et de services».
    • Le bénévolat, l’économie collaborative se développent comme je vous l’illustre régulièrement. Quant au troc, il a même pris une dimension européenne avec la brillante idée de Federica MOGHERINI que je vous ai précisément décrite dans mon billet du 6 octobre 2018. Pour ce qui est du développement des robots, je vous renvoie aux 9 billets que j’ai écrit tout au long de l’année 2018. En ce qui concerne l’intelligence artificielle, ce n’est pas moins de 11 billets que j’ai publiés sur ce sujet en 2018.

 

Ce que je n’avais pas anticipé : les « gilets jaunes » :

  • Je n’aurais pas la malhonnêteté intellectuelle de vous dire écrire que je l’avais pronostiqué, mais….Dans mon billet du 20 octobre 2018, j’écrivais :
    • « Précision liminaire pour les lecteurs aux âââmes sensibles. Comme écrit au fronton de la page d’accueil de mon site : « Je ne cherche pas à vous faire peur, mais à vous préparer – C’est en sachant les choses qu’on peut mieux les gérer – L’avenir ne se prévoit pas, il se prépare».  Cela étant précisé, depuis le début de mes billets en 2012, c’est la première fois que dans la même semaine, je vous mets en garde. Commençons par le constat. Connaissez-la-vous « Collapsologie » ? C’est, selon les Français SERVIGNE et STEVENS « l’exercice transdisciplinaire d’étude de l’effondrement de notre civilisation industrielle et de ce qui pourrait lui succéder, en s’appuyant sur les deux modes cognitifs que sont la raison et l’intuition et sur des travaux scientifiques reconnus ». Nous sommes tous aujourd’hui, plus ou moins conscients du délabrement, politique et social dans lequel s’enfonce notre civilisation et plus particulièrement notre pays, c’est un fait. Il m’apparait comme primordial de changer notre état d’esprit et ne plus raisonner « comme avant ». Les temps ont changé et continuent de le faire dans une accélération constante. Il est l’heure de « se poser » et de réfléchir calmement et sereinement. De ne plus raisonner sur la base des postulats d’hier qui deviennent rapidement obsolètes.

 

MES ANTICIPATIONS POUR L’ANNÉE 2019… ET LES SUIVANTES

Pour l’année à venir, je vais me focaliser sur un seul sujet. Je pense que vous en conviendrez avec moi, il est d’importance. Il s’agit, bien sûr, du « mouvement des gilets jaunes » comme aime à le réduire avec condescendance la classe politique dans son ensemble, relayée par ses serviles merdias. Commençons par le début pour comprendre ce qu’il en est et ce qui peut advenir.

À mon sens, c’est clairement un mouvement de révolte d’une majorité de la population de notre pays, aux différentes formes d’injustice et d’oppression dont nous sommes les victimes. Cette révolte jusqu’à aujourd’hui, a pris deux formes.

  • La première, matérialisée par « les gilets jaunes », active, visible et « perturbante »,
  • La seconde, sous la forme d’un soutien de la population, manifesté plus ou moins ouvertement.

Notre immense chance en France, est d’avoir une merveilleuse langue dans laquelle la multitude de mots qui la compose a un sens précis. Force est de constater que l’utilisation grandissante de mots anglais, additionné à « la culture SMS » fait qu’au mieux, bien des mots perdent leur sens profond et au pire, leur usage disparait. Si c’était pour favoriser un enrichissement culturel commun entre plusieurs langues, je n’y trouverais rien à dire. Poussé en cela par ceux qui se prennent pour nos Z’élites, qu’ils appartiennent au monde politique ou médiatique, l’usage de la novlangue passe pour « furieusement môôderne et branché ». J’avoue que cela me peine beaucoup. Je vais, pour dissiper tout malentendu tout mal lu, préciser le sens que je donne aux mots que je viens d’employer :

  • Commençons par « les gilets jaunes ». Dans mon esprit, il s’agit d’une simple appellation qui ne saurait être condescendante ou méprisante. Pour moi, elle est neutre tant que n’y sont pas accolés un ou plusieurs adjectifs qualificatifs valorisant ou dévalorisant.
  • Continuons avec « perturbante ». Là aussi, employé seul il y a potentiellement deux interprétations. Perturbant dans le sens d’une saine interpellation intellectuelle ou bien perturbant matériellement dans notre vie de tous les jours. Ces deux interprétations peuvent d’ailleurs être conjointes. C’est ce que j’ai souhaité dans l’emploi de ce mot… Quand je vous dis que notre langue est belle et riche !!!

C’est pour vous arrêter sur le sens des mots (soit que je leur donne, soit qui leur sont donnés par « les communicants », que j’utilise les guillemets, si souvent dans mes billets. Mais revenons au fond.

Comme je l’ai écrit dans mon billet du 1er décembre 2018 : « Je pense que l’Histoire, avec un grand H, retiendra la date du samedi 27 octobre 2018 et le « coup de gueule » d’une inconnue jusqu’alors : Jacline MOURAUD ». La diffusion sur les réseaux sociaux de cette « simple vidéo »  catalyse les innombrables crispations et mécontentements des internautes. Le phénomène prend alors la forme de nombreuses protestations éparses et autant spontanées qu’inorganisées.

Les premiers à se mobiliser activement sont les personnes qui vivent les problèmes « de fin de mois » dès le 2 ou le 3 et qui habitent dans « les territoires ». Voilà encore un exemple de mot à la mode pour les Z’élites autoproclamées du monde politico merdiatique. Ne peut-on dire de la province ? Parler de provinciaux ? Pourquoi cela serait péjoratif ? Chaque habitant d’une province de France est fier de parler d’où il est né, ou il vi et c’est tant mieux. Le fait est encore plus flagrant lorsque ce provincial « monte à Paris ».

Le lien social naturel qui caractérise les « petites gens » fait le reste. On se parle on se « micro organise » et on décide d’aller clamer notre « ras le bol » aux ronds-points du quartier, puis de la région, puis du pays. Et pourquoi pas allez hurler notre « Y’en a marre » à Paris ? Les Champs-Élysées, c’est un vrai symbole… Allez, on y va !!! C’est une dynamique qui se développe. C’est la vraie France qui agit et qui se met « en marche ». C’est du Corneilles : « Nous partîmes cinq cents, mais par un prompt renfort, nous nous vîmes trois mille en arrivant au port »…

Et face à cela… une autre France. Celle qui n’a que peu ou pas de fin de mois impossible à boucler, qui regarde avec étonnement ces « gilets jaunes » qui s’agitent et qui viennent, pour certains, « casser nos belles boutiques ». Bien sûr, cette France a bien compris que les gilets jaunes sont « pacifiques » et que ce sont des « casseurs professionnels » qui font des dégâts… Mais quand même, il y a des gilets jaunes qui sont « radicalisés » et qui cassent aussi. Et puis cette France voit aussi des « violences policières »… Mais dans quel monde vivons-nous ? s’interroge-t-elle. C’est cette France qui souvent n’est informée QUE par les grands merdias, dont les chaînes d’informations qui « passent en boucle » les images les plus « choc ». Il faut bien faire de l’audience !!!

Je décrivais ainsi l’inéluctable enchainement des violences dans mon billet du 3 décembre dernier : « Il me revient à la mémoire ce que j’ai vécu en mai 1968 de « l’intérieur »… Non pas au ministère de l’Intérieur, mais « entre » les manifestants et les forces de l’ordre, où nous essayions quand c’était possible, d’éteindre les différents « feux révolutionnaires ». J’ai vu monter l’exaspération des policiers qui se faisaient injurier, cracher dessus, caillasser et qui avaient l’ordre de ne pas bouger. Alors quand venait l’ordre « chargezzzz » …. Logiquement, car tout cela est parfaitement dans la nature des choses, il y avait certains « débordements très violents ». Je ne les excuse pas, mais je les comprends, car j’ai vécu ces moments d’extrême tension, « sur le terrain » et non pas comme les « bonnes âââmes » qui s’offusquent des « brutalités policières »… bien au chaud devant leur poste de télévision. Côté manifestants, j’ai vu plus d’un « pacifique bon enfant » qui à force d’être « lacrymogéné », puis frappé par des policiers, devenir « fou furieux » au point de s’en prendre à nous en essayant de détruire nos engins d’incendie et en nous lançant des pavés. Si j’ai oublié la plaie que l’un d’eux m’a faite, comme je ne suis pas rancunier… je l’ai gardé en souvenir. »

Le plus triste n’est pas « l’incompréhension » de cette France qui réagit émotionnellement aux images et à leurs commentaires « à chaud ». Ce qui me « révolte », ce sont les réactions du monde politique dans son ensemble et plus particulièrement celle du gouvernement et du chef de l’état. Pour TOUS les politiques, de l’extrême gauche à l’extrême droite, de même pour les dirigeants syndicaux, comme pour les « autorités religieuses », c’est la sidération. « C’est quoi ce bordel des gilets jaunes ? Ce ne sont pas des Z’illettrés qui vont nous dire comment on dirige un pays ». Puis vin le temps des « Ils nous emmerdent, on va les discréditer et l’affaire sera vite réglée !!! ». Mais le mouvement prend de l’ampleur et emporte « l’adhésion » au moins morale, d’une grande partie de la population (70% c’est beaucoup quand on a été élu avec seulement 40% du corps électoral, comme je vous l’expliquais dans mon billet du 13 mai 2017). Et enfin, prenant conscience que leur sécurité personnelle est en jeu, le président et « sa garde rapprochée » ont tout simplement « la trouille ». Oui mes amis, la TROUILLE. Tout comme ont la trouille, les citoyens de ce pays qui n’ont pas le 5 du mois, la moindre idée de ce qu’ils vont manger demain. Mais quand on a la trouille à ce niveau de « responsabilité »… On donne des ordres totalement irresponsables à la police, ce qui ne fait que « durcir » les positions des protagonistes (gilets jaunes et policiers) sans aucunement traiter le problème de fond car on en est incapable. Alors, voyant que « le pays lui échappe », le président « ouvre les caisses »… qui sont VIDES, espérant ainsi calmer le peuple. De plus, il propose « de se mettre autour d’une table ». Logiquement les citoyens engagés que sont les gilets jaunes, voient bien « l’entourloupe » et n’y croient plus du tout. Le résultat est qu’au moment où je finis de rédiger ce billet (vendredi 21 décembre), le mouvement des gilets jaunes ne s’essouffle pas. Je pronostique même qu’il va s’amplifier, j’y reviendrais. Non seulement il ne s’essouffle pas, mais il se structure. J’en veux pour preuve, parmi les actions envisagées pour ce samedi 22 décembre, le mot d’ordre « tous à Versailles ». Après les Champs-Élysées, Versailles. Comme « symbole révolutionnaire », c’est bien choisi, ne trouvez-vous pas ?

Voilà pour mon analyse de la situation à ce jour. Pour avancer sereinement vers des anticipations sur les suites possibles de ce « mouvement citoyen », je pense que NOUS devons faire un humble et honnête examen de conscience. Nous le devons à ceux qui luttent pour un meilleur dont nous bénéficierons aussi, je vais y revenir plus loin dans ce billet. Accrochez vos ceintures, ça va remuer les consciences, c’est d’ailleurs fait pour cela.

L’histoire l’a prouvé, les Français sont capables de donner toute la mesure de leur capacité et elles sont énormes, lorsqu’ils sont « au fond du fond du trou » (la résistance française n’a-t-elle pas très largement contribué à désorganiser l’occupant, lors de la 2ème guerre mondiale ?). Je vais résumer de manière crue et provocante, la perception que nous avons du délabrement politique, social et économique qui règne actuellement en France :

Jusqu’à maintenant, la crise n’a touché que « les pauvres » et nous pouvions (j’ai bien écrit NOUS) nous contenter de « pleurer sur leur sort » en regardant les reportages à la télé. Maintenant que ses effets commencent à impacter NOTRE mode de vie, nous éprouvons de la sympathie pour « leur action », mais nous ne sommes pas encore prêts à nous engager personnellement. Ce n’est qu’au moment où cette crise va réellement NOUS affecter que nous « prendrons les armes » de la contestation active. Ce moment va arriver, n’en doutez pas. Comprenez bien mes propos. Ils ne sont pas la condamnation de l’attitude de certains beaucoup d’entre nous, mais un simple constat… objectif. Cela fait peut-être du mal à admettre, mais c’est la vérité. Il est temps d’être vrai avec nous même et d’accepter NOS faiblesses, NOS contradictions, voire NOS lâchetés. Cela étant clarifié, nous allons pouvoir passer à la suite aux suites possibles.

Ce mouvement des gilets jaunes doit être replacé dans de cadre de l’entreprise de destruction des états voulue et souvent orchestrée par l’oligarchie mondialiste dont je vous explique la création ainsi que les plans depuis longtemps et plus particulièrement dans mes billets du début de cette année 2018. Je vous invite à les lire ou relire pour bien comprendre l’importance des enjeux. Cette oligarchie est un ensemble protéiforme d’alliances de circonstance entre les « grands banquiers » et les « grands patrons » de multinationales de type GAFAM. Leur pouvoir actuel vient du fait que depuis longtemps ils s’ingèrent dans la gouvernance politique des états. Comme l’analyse précisément Valérie BUGAULT dans son dernier livre « la nouvelle entreprise », cette puissance a été rendue possible du fait de l’anonymisation des entreprises. En effet, qui peut dire quels sont les réels et plus importants détenteurs des capitaux des plus grandes banques et entreprises mondiales ? C’est cette oligarchie qui « tire les ficelles » dans l’anonymat le plus complet. Cette puissance financière permet à l’oligarchie mondialiste de dicter sa loi aux dirigeants politiques qu’ils mettent en place, comme je vous le montre dans mon billet du 24 mars 2018 . Nous croyons encore à la démocratie et aux élections libres en France alors qu’il n’en est rien, et depuis longtemps. La politique est un « métier » qui demande beaucoup d’argent et les banquiers sont toujours là pour « investir » et compromettre les bonnes personnes, pour le bon moment et avec l’aide de la « justice » si nécessaire.

La situation actuelle, aussi bien au niveau mondial qu’au niveau national, est tellement complexe qu’il faudrait « TOUT changer ». Évidemment, le monde politico-médiatico-syndicalo-économique, autrement dit, les « pantins » des mondialistes, ne l’entendent pas de cette oreille. IIs ne sont même pas prêt à se remettre en cause. Je pense donc que cela passera par la violence et peut être bien dès 2019… ou plus tard, mais soyez-en sûr, cela arrivera. Heureusement pour nous, quand ce moment sera venu, la police « ne tirera pas sur nous ». Il nous faut bien être conscients qu’avant d’être des policiers et gendarmes, les « forces de l’ordre » sont des femmes et des hommes comme nous et qu’ils ont les mêmes difficultés économiques que nous, voire pires. Savez-vous que 25 millions d’heures supplémentaires effectuées par les forces de l’ordre ne sont toujours pas payées ? Pour que certains d’entre eux envisagent la fermeture des commissariats  ou d’autres déposent un préavis de grève illimité, pour exprimer leur ras-le-bol, ne pensez-vous pas que « la coupe est pleine ? Quand des officiers de police judiciaire saisissent la garde des Sceaux (ministre de la Justice) suite aux pressions de leur hiérarchie pour mettre un maximum de gilets jaunes en garde à vue, il y a comme un sérieux malaise, non ? Alors quand ils apprennent que des hackers publient sur le Net les données personnelles de centaines de policiers, ne comprenez-vous pas que pour eux « la coupe est pleine » ? Une des conséquences hélas logique, c’est un nombre de suicides particulièrement élevé : 36% supérieure à la moyenne de la population générale.

En cas d’incapacité du « président fantoche » à rétablir l’ordre, je pense que « le plan B » des mondialistes est tout prêt. Il s’agit de l’armée. Souvenez-vous de la démission fracassante du chef d’état-major des armées  autrement dit, le plus haut responsable de la défense et de la sécurité de la France, le général Pierre de VILLIERS en juillet 2017. Depuis, l’eau a coulé sous les ponts… de Paris !!! Le 3 avril 2018, « l’ami Pierrot » a rejoint le groupe américain Boston Consulting Group (BCG), leader mondial du conseil en stratégie d’entreprise, en tant que « Senior Advisor » pour y apporter « sa riche expérience en matière d’analyse des situations et des risques, de transformation des organisations et d’efficacité opérationnelle ». Sans commentaires !!! Au fait un « porte-parole » des gilets jaunes a demandé le remplacement du Premier ministre Édouard Philippe par… le général Pierre de Villiers !!!

À propos de « la grande muette », c’est ainsi que l’on appelle l’armée française. Quand elle se met « indirectement » à parler, il faut dresser l’oreille et se souvenir de ce qui est dit. Le 7 décembre dernier, pas moins de 11 généraux, un amiral, un colonel et un ancien ministre des armées ont adressé une lettre ouverte à « notre manu préféré », le mettant en garde sur les conséquences de la signature du « pacte mondial sur les migrations sûres, ordonnées et régulières » autrement appelé « pacte de Marrakech » qui a finalement été signé par la France le 10 décembre 2018 à Marrakech, par Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État aux Affaires étrangères. La grande muette a une « autre dent » contre Macron. Pour « financer » ses promesses financières démagogiques autan qu’intenables « aux gilets jaunes », c’est une partie du budget des armées qui sera utilisée comme l’a précisé la ministre des armées Florence Parly. Si par faute de policiers pour le défendre, Emmanuel Macron faisait appel à l’armée, je n’ai aucun doute sur le fait qu’elle non plus ne nous tirera pas dessus. Vous voyez bien qu’il faut être optimiste 😊 😊 😊.

Nous verrons bien comment les choses vont évoluer d’ici le premier trimestre 2019, mais j’anticipe le fait que « les ratés » de la mise en place du prélèvement à la source, ajoutés à l’inévitable augmentation du coût de la vie (il faut bien que les commerçants « rattrapent » le manque à gagner occasionné par les mouvements des gilets jaunes ») nous donnera l’occasion d’un « renouveau » de manifestations de plus en plus « dures ». Pour ma part, je reste convaincu que ce « réveil » d’une partie du peuple de France ira en s’amplifiant et ne s’arrêtera qu’avec un très profond changement de notre façon de nous impliquer collectivement dans la politique de notre pays et c’est tant mieux.

Mes amis, il n’y a pas lieu d’avoir peur de l’inconnu, mais de nous préparer à être les acteurs des changements que nous voulons pour notre pays.

 

ET MAINTENANT, QUOI FAIRE ?

Le constat fait, reste la « question à un million d’euros » qu’une partie d’entre vous, légitimement se pose : « Quoi et comment faire pour m’en tirer le mieux possible si les choses tournent mal ? ».

Il y a bien sûr la solution de « faire l’autruche et de ne rien croire de tout ce que j’ai écrit. D’ailleurs je réitère mon conseil numéro UN « Ne croyez pas un foutu mot de tout ce que j’écris. Vérifiez vous-même et faites-vous VOTRE opinion ». C’est pour vous y aider que je mets à votre disposition les liens hypertextes vous permettant l’accès à mes sources pour que vous puissiez avoir, le cas échéant, une opinion différente de mes analyses.

Une autre solution consiste à vous préparer à « la guerre civile » en appliquant à la lettre les conseils de mon ami Charles SANNAT, relatifs notamment, au « plan épargne boites de conserve », le déjà célèbre PEBC, sans oublier de mettre en application les précieux conseils de survie de l’ami survivaliste Piero SAN GIORGIO.

Sans nier l’utilité de cette stratégie, je pense profondément qu’il faut commencer par « remettre les pendules à l’heure » et faire un véritable travail de « désintoxication intellectuelle », tellement nous sommes conditionnés depuis fort longtemps pour accepter « l’inacceptable ». Nous avons collectivement perdu le sens de la raison et le mouvement des gilets jaunes est une occasion à saisir… pour se ressaisir. Nous pouvons, nous devons le faire sans tarder. C’est le seul moyen d’empêcher la réalisation des desseins de l’oligarchie mondialiste. Une fois notre énergie créatrice et notre véritable personnalité retrouvées, nous pourrons œuvrer individuellement au bienêtre collectif. Nous sommes les plus nombreux, face aux « tireurs de ficelles » et nous pouvons allons gagner une vie meilleure, car, « nous le valons bien ». Cela ne dépend que de nous. Il faut et il suffit « de s’y mettre ».

Nous voilà déjà à la fin de ce long billet. Je n’ai pas vu le temps ni les mots passer tellement je suis content de partager ces moments privilégiés avec vous. 7 313 mots, c’est un record absolu depuis mon premier billet le 13 avril 2012. Il est vrai que les sujets abordés ne pouvaient se réduire à quelques phrases. 😊 😊 😊.

Profitez, chers amis lecteurs, de cette période de fin d’année pour « décrocher » de votre rythme habituel, prendre un peu de repos et renforcer les liens d’amour qui vous unissent à vos familles et amis. Recentrez vous sur la personne la plus importante qui soi dans votre vie : VOUS. Ressentez l’augmentation des battements de votre cœur lorsque vous dites du plus profond de votre être « je t’aime » ou « je vous aime » à vos proches. Prenez le temps d’apprécier ces instants de pur bonheur. Vivez-les de l’intérieur. C’est là le plus beau « cadeau de Noël » que vous partagez alors. De plus, cela vous rendra plus fort.

Chers amis lecteurs, portez-vous bien et prenez soin de vous. Je vous aime et vous salue.