SÉRÉNITÉ PATRIMONIALE

SÉRÉNITÉ
PATRIMONIALE

Introduction.

Les évènements s’enchainent de plus en plus rapidement. Nos repères s’estompent, sous une forte pression médiatique. Nous sentons confusément que quelque chose de sombre va arriver. Pourtant, nous sommes entrés dans les temps de l’apocalypse, c’est-à-dire, les temps du dévoilement, de la vérité.

Deux anciens amis, que les fidèles lecteurs de ce blog connaissent bien, se joignent à moi pour décrypter différents faits d’actualité de manière succincte. Il s’agit du démystificateur de sophismes économiques, Frédéric BASTIAT et de mon poète préféré, Alex ANDRIN.

Mes billets s’articulent en trois parties. Les deux premières, à la manière de « l’ami Frédéric », avec son célèbre : « Ce que l’on voit et ce que l’on ne voit pas ». La troisième partie est réservée à la vision de « l’ami Alex ».

 

µ CE QUE L’ON VOIT

Le 18 courant, Viacheslav VOLODINE, président de la Douma d’État russe, a demandé la tenue d’un tribunal militaire international, comparable à celui de Nuremberg, pour juger l’ancienne chancelière allemande Angela MERKEL et l’ancien président français François HOLLANDE.

Déjà, fin décembre 2022, Maria ZAKHAROVA, Porte-Parole du ministère des Affaires étrangères de Russie, avait déclaré que « les aveux de l’ancienne chancelière allemande Angela Merkel sur les accords de paix de Minsk pourraient être utilisés à charge devant un tribunal impliquant des hommes politiques occidentaux responsables d’avoir provoqué le conflit ukrainien entre Moscou et Kiev ».

 

CE QUE L’ON NE VOIT PAS

Diable, l’affaire est d’importance. De quel forfait ce sont rendus coupables ces deux « sympathiques » chefs d’État ? Bref, retour en arrière… simplifié.

Pour mettre fin à un conflit armé interne opposant les troupes ukrainiennes, à « des unités armées de certaines zones des régions ukrainiennes de Donetsk et de Louhansk », un paquet de mesures est signé par les parties belligérantes, dans la capitale de la Biélorussie : Minsk, le 15 février 2015.

Cet « ensemble de mesures en vue de l’application des accords de Minsk », ainsi que le « soutien à l’ensemble de mesures en vue de l’application des Accords de Minsk par le Président de la République française et la Chancelière de la République fédérale d’Allemagne » sont adoptés par le conseil de sécurité des Nations unies le 17 février 2015, dans le cadre de la résolution numéro 2202.

Seulement voilà… le 7 décembre dernier, « vlatipas » que « l’amie Angela » déclare au journal Die Zeit que le processus de paix de Minsk n’était qu’une ruse pour renforcer les capacités militaires offensives de Kiev !!!

Bis repetita placent : le 28 décembre 2022, c’est au tour de « l’ami François », dans une déclaration au journal Kyiv Independent, de confirmer les faits !!!

Imaginez la surprise de « l’ami Vlad », d’apprendre cette double trahison. La non-application des Accords de Minsk, sur lesquels l’Allemagne et la France s’étaient engagées, a prolongé la guerre civile en Ukraine durant 8 ans faisant de nombreux morts.

Vladimir POUTINE, alors même qu’il ne connaissait pas cette trahison, a justifié le déclenchement de l’opération militaire spéciale (OMS), par le non- respect de la résolution 2202 de l’ONU.

Ajoutez à cela, l’engagement toujours croissant de la France contre la Russie, ça commence à faire beaucoup. Il y a de quoi ne pas être « étonné », si un jour… ou bien une nuit… nous faisions l’objet de « mesures militaires inamicales » de la part de la Fédération de Russie.

 

CE QU’EN PENSE ALEX ANDRIN

On dit que faute avouée, à moitié pardonnée.
Ce n’est pas pour autant qu’on sera à l’abri.
De mesures de vengeances qui pourraient arriver.
Faisant parmi nous de nombreux sans-abri.
Signifions à « Manu » d’être moins « Jupiter »,
Lui qui n’y connait rien en affaires militaires.

Gardez confiance en vous. Je vous aimer et vous salue.