SÉRÉNITÉ PATRIMONIALE

SÉRÉNITÉ
PATRIMONIALE

Introduction.

Chers lecteurs, nous vivons une époque pleine de promesses, celle du dévoilement. En observant la confusion qui règne dans tous les domaines, nous constatons que « les masques tombent » et que la Vérité se fait jour. C’est une excellente nouvelle qui nous incite à prendre en main notre destin.

Je n’ai aucunement la prétention d’égaler le génie de Pierre DAC et de ses petites annonces, parues dans la revue « L’os à moelle » pendant la Seconde Guerre mondiale. Travaillant toujours aussi sérieusement, mais sans me prendre au sérieux, je vous propose d’aborder l’actualité économicopolitique et patrimoniale, de façon plus… légère.

 

µ La petite annonce du jour :

«  Recherche personnes ne sachant pas compter pour gérer dettes de la France. Faire offre direction du Trésor. Discrétion assurée »

Nouvelle preuve de mon amour à votre endroit, chers lecteurs, je vais vous révéler un secret me concernant. Il m’a permis de réussir les multiples concours et examens que j’ai passés, dans mes nombreuses vies. En plus d’un sérieux travail de révision, je me focalisais sur les « notes de bas de page » et les « encadrés » des documents dont je devais maitriser la connaissance. Ce réflexe est toujours présent. Il est même la source d’une partie de mes investigations actuelles.

La Caisse d’Amortissement de la Dette Sociale (CADES) a récemment annoncé la publication de son  « Rapport d’allocation et de performance des émissions sociales 2021 ». Après la lecture de ce document de deux pages… je m’attarde sur son dernier paragraphe « AVERTISSEMENT » et plus particulièrement, sur son second alinéa :

  • « Les présents documents écrits ne doivent pas être diffusés aux États-Unis. Les informations contenues dans les présentes ne constituent pas une offre de valeurs mobilières à vendre aux États-Unis. Les présents documents ne doivent pas être diffusés, directement ou indirectement, aux États-Unis (y compris dans leurs territoires et possessions, un quelconque État des États-Unis et le District of Columbia)».

En conséquence de quoi et toutes affaires cessantes

  • J’interdis formellement, j’ai bien écrit FOR MEL LE MENT… tout lecteur de ce billet, quelque soit son âge, son sexe, sa nationalité, sa race, ses convictions et pratiques religieuses et politiques, de le diffuser.
    • Directement ou indirectement, par quelques moyen ou support que ce soit, aujourd’hui ou dans des temps futurs
    • Aux États-Unis d’Amérique, y compris dans leurs territoires, possessions et occupations, ni dans un quelconque état des USA, ni dans le District of Columbia.
  • Cette interdiction expresse s’applique avec une rigueur identique, à toute créature vivante ou en gestation, humaine, animale, végétale, hybride, naturelle et artificielle, terrestre, extraterrestre et galactique.

Ouuuuf, maintenant je me sens plus rassuré☺. J’ai ainsi quelques chances d’échapper à l’application de l’extraterritorialité des lois étasunienne.

Le communiqué de la CADES comprend 805 mots, dont 185 sont consacrés à la protection contre les méfaits de l’extraterritorialité US et seulement 46 mots consacrés à la présentation de son rapport !!!

Voilà le genre de précautions que doivent prendre nos entreprises et administrations, pour espérer (sans certitude de réussite) échapper à des sanctions, principalement financières. Curieuse époque, ne trouvez-vous pas ? La souveraineté d’un pays autre que les USA, n’existe, de fait plus !!!

Venons maintenant au fond. Le document annoncé est fort intéressant. Il est utile de rappeler que la CADES est l’organisme responsable de l’amortissement de la dette sociale qui lui est transférée. Dette issue des déficits des régimes obligatoires de base de la sécurité sociale, qui gèrent les risques sociaux (maladie, accidents du travail, maladies professionnelles, famille, vieillesse et dépendance).

Il est donc particulièrement instructif de savoir comment ce « machin » gère les « modestes sommes » que nous lui versons spontanément , avec entrain et bonne humeur : la (Contribution Sociale Généralisée (CSG) et la Contribution au Remboursement de la Dette Sociale (CRDS).

Tient tient, en 2021, la CADES a émis 10 « souches d’obligations sociales » : quatre en euros pour 18 Mds€, cinq en dollars américains pour 19,5 Mds$ et une en livres sterling de 1,5 Mds£. Elle nous précise même que c’est la plus importante jamais réalisé dans cette devise. Cela signifie que sur 39 milliards d’obligations, à peu près la moitié est émise en dollar !!! La CADES n’aurait-elle pas confiance dans notre monnaie européenne ? Récapitulons :

  • L’agence France trésor (AFT) « place» 10% de la dette de l’état en obligations indexées sur l’inflation européenne. Je vous ai déjà informé des conséquences de cette folie.
  • La CADES « place » en 2021, plus de la moitié de notre dette sociale en devise étrangère, majoritairement en dollar.

Avec une telle gestion des risques, je vous laisse le soin d’imaginer le futur montant de la facture… de NOTRE facture !!! Le mot « ruine » va devoir être employé plus souvent dans les mois qui viennent.

« une monnaie papier, basée sur la seule confiance dans le gouvernement qui l’imprime,

finit toujours par retourner à sa valeur intrinsèque, c’est-à-dire zéro »

(François-Marie Arouet, dit Voltaire)

Chers lecteurs, sachant compter, ou pas, je vous aime et vous salue.