Introduction

Très trop souvent, dès que l’on aborde le sujet des néocons, de la gouvernance mondiale, de l’oligarchie financière ou de l’état profond, l’accusation de souscrire à la théorie du complot ou bien d’être partisan de thèses conspirationnistes, sonne la fin de la discussion.

Cette stupide et facile attitude prive ceux qui la pratiquent de l’enrichissement que procure tout débat d’idées.

Notre belle langue française possède des mots qui ont une signification précise. Il convient donc de commencer par clarifier et définir ces « mots maudits » que j’emploie dans mes différents écrits. Examinons ensemble ce que nous apprennent le centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRTL), la célèbre encyclopédie Wikipédia et « l’ami Pierrot »… ??? Il est vrai que son nom est plus connu que son prénom…

Bravo !!! Vous l’avez deviné, il s’agit de Pierre LAROUSSE et donc du dictionnaire du même nom.

Complot : « Dessein secret, concerté entre plusieurs personnes, avec l’intention de nuire à l’autorité d’un personnage public ou d’une institution, éventuellement d’attenter à sa vie ou à sa sûreté. Par extension : Projet quelconque concerté secrètement entre deux ou plusieurs personnes ».

Conspiration : « Entente secrète entre plusieurs personnes ou choses personnifiées, contre quelqu’un ou quelque chose ».

Maintenant que les mots sont définis, passons au concept de « la théorie du complot ». Wikipédia nous la définit ainsi :

Théorie du complot : « Une théorie du complot, également désignée par les néologismes conspirationnisme ou complotisme, est une hypothèse qui propose d’expliquer un événement par l’action concertée et secrète d’un groupe de personnes » .

Tout comme moi, vous avez remarqué que dans ces trois définitions, la notion de secret est prééminente. Or, pour ce qui est de la gouvernance mondiale, de l’état profond et des néocons, il n’y a que peu ou pas de secret… à qui prends la peine de chercher, rechercher, recouper les différentes informations dans tous les médias. Bref, d’être curieux et persévérant. Évidemment, se contenter des médias  « Z’offfficiels » que j’appelle familièrement les « merdias », ne suffit pas.

Même si cette possibilité se restreint depuis quelques mois, nous pouvons encore accéder à beaucoup d’autres sources d’informations contradictoires nous permettant de mieux appréhender et comprendre « le dessous des cartes ». Ces recherches sont très chronophages, mais je pense que l’enjeu mérite d’y consacrer le temps nécessaire.

J’attire votre attention sur le fait que, contrairement au CNRTL et au Larousse, le Wiki complète longuement sa définition de la théorie du complot :

« Selon Peter Knight, de l’université de Manchester il s’agit d’un récit théorique qui se prétend cohérent et cherche à démontrer l’existence d’un complot entendu comme le fait qu’« un petit groupe de gens puissants se coordonne en secret pour planifier et entreprendre une action illégale et néfaste affectant le cours des événements ». La conspiration secrète civile, criminelle ou politique, visée par la théorie du complot, agirait généralement dans l’objectif de détenir ou conserver une forme de pouvoir (politique, économique ou religieux).

Du point de vue des observateurs en sciences sociales, la théorie du complot tend à se soustraire à la réfutation ; en effet, toute démonstration destinée à prouver qu’aucun complot n’est à l’œuvre sera interprétée comme une nouvelle tentative de tromper le complotiste, qui continuera à chercher ce qui se passe dans l’ombre, et qu’on ne lui dit pas. Les explications officielles ou scientifiques établies par les pouvoirs publics et relayées par les grands médias d’information seront structurellement discréditées.

La démarche de la théorie du complot cherche à adosser à des faits avérés un responsable selon une logique souvent uni causale de narration. Elle se différencie en cela de la démarche historique qui induit une multi causalité ».

Disséquons chers amis, disséquons :

  • Au premier paragraphe, le Wiki cite Peter Knight qui a co-écrit en février 2020 un livre qui serait « l’analyse la plus complète du phénomène de la théorie du complot à ce jour ». Cette source me semble parfaitement digne d’être prise en considération. L’auteur affirme qu’il «s’agit d’un récit théorique qui se prétend cohérent » et que cette conspiration « agirait généralement dans l’objectif de détenir ou conserver une forme de pouvoir (politique, économique ou religieux) ».Il souligne aussi à plusieurs reprises la notion de secret dans un complot.
  • Au second paragraphe, le Wiki dont la « source » qui se résume à « des observateurs en sciences sociales », nous précise que : « la théorie du complot tend à se soustraire à la réfutation » et, précision plus partisane, que : « Les explications officielles ou scientifiques établies par les pouvoirs publics et relayées par les grands médias d’information seront structurellement discréditées ».
  • Au troisième paragraphe, l’estocade est donnée avec un jugement sans appel, sortant ainsi à nouveau de l’impartialité d’une encyclopédie: « la théorie du complot cherche à adosser à des faits avérés un responsable selon une logique souvent uni causale de narration ».

Résumons le Wiki :

Le seul fait de révéler un ou des agissements perpétrés par une ou des personnes dans « l’objectif de détenir ou conserver une forme de pouvoir (politique, économique ou religieux), se voit immédiatement taxé de complotisme.

De même, la simple mise en doute des « explications officielles ou scientifiques établies par les pouvoirs publics et relayées par les grands médias d’information », fait de vous un complotiste. ☹ ☹ ☹. C’est grave docteur ???

Le plus « Z’amusant » dans cette histoire, c’est que : l’état profond, les mondialistes, les néocons, autrement dit les véritables « complotistes » qui conspirent en partie au grand jour contre les peuples, ont réussi à faire passer ceux qui cherchent à démontrer leurs manœuvres pour… des « complotistes ». Chapeau l’artiste !!!

Continuons à définir d’autres termes que j’emploie fréquemment :

Mondialisme : « Attitude qui consiste à considérer tous les peuples comme dépendants les uns des autres ou constituant une seule communauté humaine ».

Oligarchie :  « Système politique dans lequel le pouvoir appartient à un petit nombre d’individus ou de familles, à une classe sociale restreinte et privilégiée ».

Ploutocratie : « Système politique ou ordre social dans lesquels la puissance financière et économique est prépondérante ».

Démocratie : « Régime politique, système de gouvernement dans lequel le pouvoir est exercé par le peuple, par l’ensemble des citoyens ».

Monarchie : « Système de gouvernement dans lequel le pouvoir est exercé par une seule personne, le plus souvent par un roi héréditaire ».

Nous pouvons remarquer que si les termes de ploutocratie et d’oligarchie sont synonymes (identiques), oligarchie est le plus souvent employé. Beaucoup plus intéressant, le fait que l’oligarchie est antonyme (l’inverse) de la démocratie et de la monarchie.

En France aujourd’hui, de quel système politique sommes-nous le plus proche ?

À l’origine, la démocratie désigne un régime politique dans lequel tous les citoyens participent aux décisions politiques par le vote. Autrement dit : « le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple ». Elle est devenue un système politique dans lequel la souveraineté est attribuée aux citoyens qui l’exercent de façon :

  • Directe : lorsque les citoyens adoptent eux-mêmes les lois et décisions importantes et choisissent eux-mêmes les agents d’exécution, généralement révocables.
  • Indirecte : lorsque des représentants sont tirés au sort ou élus par les citoyens, pour un mandat non impératif à durée limitée, durant lesquels ils ne sont généralement pas révocables.
    • Celle-ci peut être qualifiée de semi-directe dans le cas où les citoyens sont appelés à statuer eux-mêmes sur certaines lois, par les référendums.

Notre monde politique aime à proclamer haut et fort que « la France est une démocratie ». À la lueur de ce que nous venons de préciser, ne pensez-vous pas que nous sommes plutôt dans une ploutocratie « théoriquement » semi-directe ?

Néocons : c’est une contraction de néoconservateurs. Ce terme est employé aux États-Unis d’Amérique pour désigner « les partisans de l’ultralibéralisme et de la force militaire ».

Complexe militaro-industriel : « concept général désignant les procédés et les relations financières liant les législateurs, les forces armées et le secteur industriel qui les soutient. Les relations en jeu comprennent le financement des campagnes, les votes au Congrès en faveur des dépenses militaires, le lobbying en faveur des bureaucraties, ainsi qu’une législation favorable au développement économique du secteur. Ces relations correspondent au fonctionnement schématique dit Iron triangle, relatif à la politique américaine ».

État profond : « transcription de l’américain deep state, est un concept politique qui désigne, au sein d’un État ou de sa bureaucratie, une hiérarchie parallèle, une ligue, ou une entité informelle qui détient secrètement le pouvoir décisionnel, manipulant ainsi l’État de droit. Elle est constituée soit par un noyau de la classe dominante, soit par des représentants d’intérêts. Imaginée comme la composante la plus restreinte, la plus agissante et la plus secrète de l’establishment.

Atttachez votre ceinture de sécurité et cramponnez-vous bien !! Faute de quoi vous risquez de tomber à la renverse. Le Wiki nous précise :

« Sa mise en évidence est généralement considérée comme une théorie du complot ». « Cétipabô ça » ???

Je vous avais prévenu… Vous pouvez vous détendre maintenant.

Encore plus fort… Comme on dit chez Saint Yorre !!! Notre cher président lui aussi évoque cet état profond comme nous le rapporte France Culture le 30 août 2019.

Ça va ? Vous me suivez toujours ? Je n’ai perdu personne ? Rassurez-vous, je termine bientôt !!!

Les néocons, l’état profond ainsi que le complexe militaro-industriel… Sans oublier nos chers GAFAM,  ont à l’évidence des intérêts croisés et forment avec les hauts dirigeants de la finance mondiale un super groupe de pression ou si vous préférez, « un lobby à géométrie variable » en fonction des intérêts de chacun dans les différents aspects de la politique mondiale. Lobby, vous avez-dit lobby ?

Lobby : « Groupement, organisation ou association défendant des intérêts financiers, politiques ou professionnels, en exerçant des pressions sur les milieux parlementaires ou des milieux influents, notamment les organes de presse ».

Serait-ce les effets du soleil andalou qui rend si agréable mon bureau ? « V’latipas » qu’il me vient une idée sacrilège ô combien… Celle de rapprocher la définition de lobby avec celle de complot ainsi que celle de conspiration… À la différence près, très relative du secret, elles sont fichtrement semblables, ne trouvez-vous pas ?

Saisissant comme il se doit, cette magnifique occasion et si vous me permettez de simplifier… Merci de cette permission spontanée, je n’en attendais pas moins de votre part ☺☺☺.

Maintenant que me voilà saisi à l’unanimité générale, je peux sereinement utiliser les « mots bleus » … (Repose en paix  Christophe), pour qualifier ce groupe de pression.

Sans aucune notion péjorative ou insultante, juste en « appelant un chat, un chat », le terme « oligarchie financière mondialiste » (OFM) me semble le mieux approprié. CQFD.

N’ajustez pas vos lunettes. Vous avez bien lu OFM et pas BFM… Quoi que… Parfois… On serait en droit de penser que… Maintenant que je sais ne pas être complotiste, je me lâche. Re ☺☺☺.

Après cette longue autant que nécessaire liste de précisions, je vous propose chers lecteurs, de partager une analyse quelque peu différente de celle des grands médias qui ne sont que le porte-voix de la pensée unique et du politiquement correct. Vous allez voir comme c’est « rafraichissant » et grandement instructif.

Prenons quelques éléments d’actualité et essayons de les relier entre eux pour voir si, « comme par hasard », une ligne directrice émerge. De plus, cela nous permet de « comprendre » et, poire belle Hélène sur le gâteau… ??? Pardon. Seuls les anciens lecteurs de mes billets savent parfaitement que je préfère la poire belle Hélène à la cerise ☺☺☺.

Message personnel pour Christophe, le sympathique commentateur de mon dernier billet.

Après avoir gouté à plusieurs reprises « la tarte au citron bien acidulée » pour vous prouver à quel point je vous aime… Mes papilles préfèrent toujours de la poire belle Hélène. Je pense qu’il est davantage habitué « au doux ». Ballot n’est-ce pas ? Re ☺☺☺.

Maintenant que vous êtes tous au même niveau de connaissance de mes gouts en matière de pâtisserie, je reprends.

Poire belle Hélène sur le gâteau, cette compréhension va nous permettre de réaliser des anticipations réalistes de ce qui nous attend et donc, avoir la possibilité de « passer à travers les plus grosses gouttes ». Que du bon heur.

Et si tout ce qui nous arrive en ce moment était déjà écrit ? Se pourrait-il que tout cela ait un sens, une explication ?

Une dernière précision avant de nous lancer dans cette passionnante aventure :

« La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter » (Aldous Huxley).

 

Point d’étape : 19e semaine de 2020

Nous poursuivons comme promis, l’énumération de quelques faits regroupés dans de nouvelles catégories : notre société et la géopolitique.

 

Sur le plan sociétal 

Que vivons-nous exactement ? Un confinement, une séquestration, une assignation à résidence ou bien un d’emprisonnement de masse ?

Corona désosialiso virus :

Laissons les polémiques aux « merdias de grand chemin » et intéressons-nous aux modifications de la société qui s’opère sous nos yeux « grâce » à « l’aimable injonction gouvernementale » de rester confiné :

  • Ce mot nous renvoie aux livres d’histoire qui nous relataient la fuite des populations devant l’invasion allemande lors de la Deuxième Guerre mondiale. Bis repetita placent. Devant l’annonce du confinement… C’est l’exode, notamment des Parisiens… qui en ont les moyens. Il faut dire que les annonces de l’OMS ne sont pas de nature à espérer une courte interdiction de sortie.
  • Plus besoin de se déplacer pour « aller voir le docteur» !!! c’est beau la technologie. La consultation à distance qui se pratiquait déjà en vidéo va pouvoir se faire … seulement en audio. C’est vrai qu’en ce début de 21e siècle, il ne sert plus à rien de voir son patient pour lui délivrer une ordonnance !!! Oui, je sais que « c’est provisoire » que cela ne se pratique QUE pendant la période de l’épidémie. Vous savez comme moi qu’en France, le provisoire… Cela dure souvent longtemps.
  • Sous prétexte de « meilleur suivi» de personnes porteuses du virus, l’incitation à télécharger une application plutôt que consulter un médecin n’est pas de nature à conserver la confiance indispensable entre un médecin et ses patients. La sacro-sainte «intelligence artificielle » est un leurre, car la machine est loin d’avoir « des émotions » pour guider certaines décisions… Et c’est tant mieux !!!
  • Autre pratique actuelle qui va générer certainement de graves fractures dans notre société, l’interdiction de fréquentation des lieux de cultes « à deux vitesses».
  • La décision du préfet de police de Paris (Monsieur « pas dans le même camp ») qui a décidé de facturer 250 € aux familles des défunts dont les cercueils sont entreposés à Rungis et 150 € pour s’y recueillir une heure, ne peut que provoquer des rancœurs durables.
  • Un médecin fait lucidement le constat du fossé qui sépare « l’héroïsation des soignants» avec les moyens humains et financiers qui leur sont alloués en ces termes : « Quand la crise sera passée, on ne veut pas des statues, on veut du personnel supplémentaire et de l’argent ».
  • Le fait d’opposer (dans quel but?) des spécialistes sur l’utilisation de tel ou tel traitement risque de saper la confiance dans « la science » et de cliver davantage les populations.
  • Qu’un gouvernement envisage de ré ouvrir les maisons closes , mais…. Que prostituées et « clients» soient munis de masques et de gants en dit long sur le délabrement sociétal dans lequel nous sommes d’ores et déjà.

 

Des conséquences :

Voilà que s’installe une plus grande dépendance à « l’état providence ». Nous devons rester à la maison et ne plus travailler pour « des raisons sanitaires »… Et nous sommes payés pour cela. Ne serait-ce pas une « fabuleuse opportunité » de mettre en place dès maintenant le revenu de base universel inconditionnel ? Question subsidiaire : qui financera cela ?

Toutes les incohérences de nombreux gouvernements face à la crise sanitaire amplifient   la défiance des peuples envers le monde politique en son entier.

  • Écoutez ce commentateur de Radio-Québec qui exulte du fait que le gouvernement grâce aux pressions de la chaine, a reconnu son mensonge en matière de chiffres. C’est toujours un délice que d’entendre les expressions propres à nos cousins d’Amérique, avec cet accent tellement chantant : « j’vais pas trop m’péter les bretelles» à 26 mn 58 ‘’.
  • Comble de la perte de confiance quand une tribune de plus de 30 sociétés de journalistes se plaignent du verrouillage de l’information pratiqué par le pouvoir, avec la mise en place d’un «Espace désinfox Coronavirus » sur le site Internet du gouvernement.
  • Perte de repère dans les institutions quand un médecin généraliste se plaint des pressions qu’il subit par conseil de l’ordre, quand il prescrit des médicaments « non officiellement recommandés», bien qu’ils donnent de bons résultats.
  • Le confinement qui a déjà été prolongé devrait s’éterniser pour « les vieux». N’oublions pas que les « anciens »… Ceux qui « meurent en masse »… ont voté à plus de 70 % pour Macron en 2017. Attention, il faut bien en garder pour 2024 !!! Cynique ? Non, simple calcul politicien.
  • Quelle confiance accorder à un gouvernement qui sous-traite le pilotage de la stratégie de dépistage des Français à un cabinet américain ? À quoi servent le ministre de la Santé et le directeur général de la santé ? les «Z’élites » Françaises seraient -elles incapables ?
  • Notre si brillante et performante administration, en l’occurrence l’AP-HP, autrement dit les hôpitaux de Paris, négocie avec une société américaine pour livrer les données de ses patients. Cela ressemble à de la « haute trahison», non ? Ah pardon… c’est pour concevoir un outil technologique de lutte contre ce maudit Corona !!! Alors si c’est pour une bonne cause… J’ai failli avoir peur, pas vous ?
  • Restons dans la France 2.0 si chère à notre « manu préféré». Le décret n° 2020-356 du 27 mars 2020 portant création d’un traitement automatisé de données à caractère personnel dénommé « DataJust »  inquiète certains magistrats et avocats. Ce texte permet désormais à un algorithme de déterminer le montant alloué à la victime d’un préjudice corporel payé par l’assurance.  Voilà le pouvoir souverain de décision des juges sérieusement amputé. Je vous rappelle que les décisions de justice sont rendues « Au nom du peuple français ». Vous avez dit intelligence artificielle ?
  • Bien sûr « provisoirement », les industriels de l’agro-alimentaire peuvent modifier leurs recettes… Sans le préciser aux con sommateurs !!! Êtes-vous rassuré par les propos du porte-parole du « gendarme anti-fraude» qu’est la DGCCRF ? : « On est sur des modifications mineures qui ne vont pas mettre en danger la sécurité des consommateurs ».
  • La police éprouve de réelles difficultés à faire respecter le confinement dans « les territoires perdus de la république». Cette population pourrait bien être un des foyers de l’explosion d’une violence urbaine plus importante.
  • Pendant le confinement… Les voitures brûlent toujours… Les dealers ne connaissent pas la trêve… ils vont peut-être recevoir le renfort des détenus relâchés. Il faut bien libérer de la place pour emprisonner les contrevenants  condamnés à de la prison ferme pour non-respect des mesures de confinement. De toute façon, la police reçoit des consignes claires pour ne pas intervenir dans les quartiers « sensibles ». Voilà de quoi creuser le fossé entre la population et la police.
  • Quand des policiers reçoivent l’ordre de retirer masques et gants pour procéder à des contrôles, tenez-vous bien… « pour ne pas effrayer la population», comment s’étonner qu’un syndicat de police porte plainte contre son ministre de tutelle et le 1er Vous avez dit « maintien de l’ordre » ?

 

Voilà hélas réunis beaucoup de germes pour des violences à côté desquelles celles des « gilets jaunes » passeront pour des jeux de cour de récréation. Vous n’y croyez pas ?

Dès le 1er juillet 2019, je vous informe de la commande par le ministère de l’Intérieur, de 25 millions de cartouches de  calibre 5,56 x 45. Je conclus ainsi ce billet : « Mais au fait, pourquoi acheter tant de munitions destinées à des armes de guerre? Pourquoi nos braves « gardiens de la paix » auraient-ils besoin d’utiliser des armes de guerre ? Comment ? Risque de guerre civile ? Vous avez dit, GUER RE CI VI LE ??? Si señor. Si señor. Si señor ».

Je vous rappelle aussi cet extrait de mon billet « Mes anticipations pour 2020 : « Le risque d’embrasement est réel et dans ce cas , je pense que de « mini guerres civiles localisées » sont proches, tellement le degré de violences est élevé dans les grands centres urbains ou beaucoup de « paisibles citoyens » sont armés ».

Éric DENÉCÉ, directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R) déclare le 22 avril dernier : « Je n’ose imaginer la situation dans laquelle nous serions d’ici quelques mois, si nous prenions conscience que le confinement n’était pas nécessaire. Alors là, je pense que les réactions de tous ceux qui en ont souffert, notamment économiquement, seraient extrêmement virulentes, et je crois qu’on est peut-être là en train de jouer les prochaines élections présidentielles ».

Le sociologue Michel MAFFESOLI est plus direct : « Actuellement, il y a encore du calme. La méfiance ne s’exprime pas tellement. Il s’agit d’une hypothèse, bien sûr, mais je crois nous assisterons en France –mais pas seulement en France– à de multiples explosions. […] On pourra parler de soulèvements, d’insurrections ou de révoltes. Dans quelques mois, ces expressions sont appelées à se multiplier. Les Gilets jaunes en France étaient en quelque sorte précurseurs de ce mouvement en gestation ».

 

 

Corona laruino virus

Comme je l’ai écrit le 1er février dernier : « Je vous propose d’examiner « froidement » un aspect peu médiatisé de la situation d’aujourd’hui : « l’émotion » des marchés financiers !!! Explications. Tant que le nombre de personnes contaminées et les éventuels « vaccins salvateurs » trouvés des mesures d’isolement et de confinement sont prises, notamment en Chine. La conséquence directe est économique. Les employés ne peuvent plus aller travailler pour faire fonctionner les entreprises chinoises et étrangères implantées en Chine. Cette mise à l’arrêt forcée de « l’usine Chine » ne peut qu’être courte, sous peine de désorganisation totale de l’économie mondiale ».

Où en est-on trois mois après ? La Chine n’a toujours pas repris son rythme d’activité et les autres grandes économies mondiales sont aussi à l’arrêt. C’est donc sans surprise pour les lecteurs de mes billets que la crise financière « pré existante mais peu révélée » apparaît en pleine lumière.

Elle n’est absolument pas la conséquence du virus comme le monde politique cherche à le faire accroire. La crise sanitaire a un effet de «mise en lumière » de la situation antérieure et bien évidemment, va amplifier les déséquilibres du système financier.

La Société Générale (SG) va mal ? Mais non, mais non… Elle n’a perdu que 326 millions d’euros au 1er trimestre. Vous débancariser ? Quelle stupide question !!!

Mardi 5 mai 2020, la Cour suprême de Karlsruhe a sérieusement remis en cause toute la politique de « largesse financière » de la Banque centrale européenne (BCE). Rassssurez-vous… Rien de grave. C’est juste que le tribunal constitutionnel fédéral allemand demande à la Banque centrale européenne de justifier sa politique d’achats d’actifs publics, déployée depuis 2015.

Mieux… ou pire ? C’est vous qui voyez… Elle a adressé un ultimatum à la BCE, qui dispose de trois mois pour démontrer, « de façon compréhensible et substantielle », que les effets positifs de ce programme l’emportent sur ses inconvénients… « Ben les gars, c’est pas gâââgné ». L’Europe financière a du plomb dans l’aile. Nous saurons bientôt si c’est du petit plomb ou de la chevrotine !!!

Mais pourquoi donc nos amis allemands sont-ils si durs avec l’Europe en matière de gestion financière ? Tout simplement du fait que contrairement à nous autres français, ils n’ont pas « la mémoire courte ». Explication :

L’effondrement de l’Allemagne lors de la Première Guerre mondiale provoque un changement de régime politique. Connue sous le nom de « République de Weimar », elle fait suite à l’ancien régime impérial. Elle durera jusqu’en 1933. Cette période est économiquement marquée par une Kôlôsssale augmentation des prix (en bon français, une hyper inflation).

Un Mark, la monnaie nationale, qui se déprécie de mille milliards en seulement 6 ans … Pas surprenant que cela « Mark » la mémoire des Allemands.

Jouer « l’oiseau de mauvais augure » et établir un parallèle entre 1918 – 1923 (Mark-or / Mark papier) et 2018 – 2023 (Euro papier / or physique) relève de la folie… Quoi que… En regardant le rapport or – euro aujourd’hui… J’espère sincèrement me tromper dans l’ampleur du phénomène, mais je reste convaincu que l’augmentation du rapport monnaie fiduciaire/or physique va « faire beaucoup de morts ».

À quand le billet de cinq milliards d’Euros ?

Je vous rappelle que la prochaine révision du panier de monnaies du droit de tirage spécial (DTS) du fonds monétaire international (FMI) est prévue pour le 30 septembre 2023.

Gardons  aussi en mémoire que le comité de Bâle, organe d’exécution de la banque des règlements internationaux (BRI) plus connue sous l’appellation de banque des banques centrales,  reporte la mise en œuvre des « normes Bale III » au 1er janvier 2023, suite à la crise sanitaire « Covid 19 ».

Cette BRI, bien connue des lecteurs de mes billets, édicte les normes permettant « de rendre les institutions financières plus solides et plus résistantes face aux crises ». C’est un des « bras armés » de l’oligarchie financière mondialiste.

Restons dans le registre de la stabilité financière. Connaissez-vous John EXTER et sa célèbre pyramide inversée ? Ce banquier américain a modélisé sous une forme pyramidale les différentes classes d’actifs financiers en fonction de leur valeur réelle. Il classe l’or comme étant la valeur la plus sure et les dettes gouvernementales (celles qui sont dans les fonds Euro des contrats d’assurance vie), comme étant nettement plus risquées. La surface de chacun des actifs représente son importance dans le système financier actuel… Renversant, non ?

Nous remarquons immédiatement le potentiel de valorisation de l’or, par rapport à tous les autres actifs financiers, confirmant ainsi ce qui a été précédemment expliqué. Pour tout savoir sur ce sujet, comprendre la signification profonde de cette pyramide inversée, ainsi que son rapport avec les fonctions occupées par John EXTER, reportez-vous au numéro 13 des « rendez-vous d’Hubert ».

Dans une récente étude, l’autorité des marchés financiers (AMF ) confirme un retour massif des   investisseurs particuliers vers la bourse. La bonne performance des marchés en 2019 et la forte baisse des cours du début 2020 agissent comme un aimant sur les épargnants en quête de « bonnes affaires ».

Je persiste et signe sur le fait, à moins que vous ne soyez expérimenté et bien équipé pour opérer sur les marchés… Il est trop tôt… Et… Il est trop tard. Aventuriers s’abstenir. Je confirme que le « Krackounet » du début d’année n’est rien à côté de ce qui va arriver d’ici la fin du premier semestre en cours !!!

Pour ce qui est de vos contrats d’assurance vie, pour compléter les « bonnes nouvelles » de ce secteur résumées dans mon billet du 24 mars 2020, vous serez ravi d’apprendre que dans le cadre de la préparation de la 2è loi de finances rectificative pour 2020, la commission des finances de l’Assemblée nationale a auditionné Florence LUSTMAN, présidente le la fédération française de l’assurance (FFA) le 15 avril dernier. Les demandes des députés pour participer au financement de la lutte contre la Corona étaient tellement « abracadabrantesques » qu’elles l’ont amené à leur déclarer : « Si on commence à toucher aux réserves règlementaires, on touche à l’argent des assurés. Je ne pensais pas que c’était souhaité aujourd’hui ». Pour ceux d’entre vous qui n’y croient toujours pas, ouvrez les yeux !!!

Mais peut-être me trompais-je !!!

Dans cette occurrence, préférez ce type de  « bons conseils ». : « En pleine crise du Covid-19, l’assurance vie multisupport permet à l’épargnant de s’appuyer sur la stabilité du capital garanti dans le fonds en euros et d’investir en Bourse, avec un horizon de long terme, sur des points bas de marchés grâce aux unités de compte ». En tous cas, souvenez-vous que « les conseilleurs ne sont pas les payeurs » et qu’il s’agit de VOTRE argent.

 

Pour conclure provisoirement, cette rubrique, je vous propose de lire ce très éclairant entretien de Valérie BUGAULT avec un journaliste de Stratégika, vous ne serez pas déçu. Bien connue des fidèles lecteurs de mon blog, Valérie Bugault est docteur en droit privé diplômée de l’université Panthéon-Sorbonne et avocate. Elle est aujourd’hui analyste de géopolitique (économique, juridique et monétaire) et conférencière. Je vous recommande à nouveau la lecture de ses nombreux ouvrages et plus particulièrement « La nouvelle entreprise ».

 

 

Sur le plan géopolitique :

« En politique, rien n’arrive jamais par hasard » (Franklin Delano Roosevelt).

 

Pendant que les grands médias occupent nos yeux et nos oreilles avec la litanie du nombre de mort dû au « Corona mentus »… Beaucoup de choses se passent loin des projecteurs.

À propos de la gestion de la crise sanitaire, je remarque qu’une contestation se développe « tous azimuts ». Elle est de plus en plus documentée et étayée, mais pas encore structurée :

  • Le collectif « Bas les masques» regroupant des soignants et des couturières interpelle le gouvernement pour que le temps consacré à la confection de masques soit rémunéré et les soignants « justement considérés », ce qui se traduit par : mieux payés.
  • L’ancien ministre de l’intérieur autrichien, « les yeux dans les yeux», fustige son gouvernement eu égard à la manipulation par la peur pour instaurer un confinement strict, présenté comme la seule possibilité pour éviter une hécatombe due au Coronavirus.
  • La députée Mathilde PANOT interpelle notre Premier ministre à l’Assemblée nationale en lui reprochant ses atermoiements face à la crise.
  • Divers élus locaux dénoncent le fait que le gouvernement leur « passe la patate chaude» du déconfinement, sans leur en donner les moyens.
  • Philippe FROQUEL, professeur de médecine au CHU de Lille et à l’Imperial College de Londres se dit « désespéré ». Pire, il déclare « Dans l’histoire des tests, tout le monde ment. Des directeurs d’hôpitaux à Emmanuel Macron en passant par la Direction générale de la Santé ou Olivier Véran ».
  • L’avocat Régis de CASTELNAU n’y va pas par quatre chemins : il faut saisir le juge pénal, eu égard aux « erreurs » notoires du gouvernement dans cette crise sanitaire sans précédent. Mieux, il analyse une tentative « de mise hors de cause » du pouvoir politique et nous guide utilement dans cette réflexion juridique.

 

Plus largement :

  • Le 6 avril 2020, le Parlement bulgare a décidé que les députés et les ministres bulgares feront don de leur salaire au système de santé publique tant que les mesures de confinement en raison de l’épidémie de Covid-19 restent en vigueur dans le pays. Vous avez dit Fraternité ?
  • Le cas de l’Italie lâchée par l’Europe pour affronter seule la crise sanitaire est exemplaire. Les excuses de la présidente de la Commission européenne n’apaiseront le mal fait dans le cœur des Italiens. Le « projet européen» a certainement montré ses limites et cela ne sera pas sans conséquence pour son avenir. La dislocation de cette Europe est « en marche ».  Du vice-président de la chambre des députés à des Italiens anonymes… beaucoup brûlent le drapeau européen. À défaut de l’Europe, ce sont chinois et Russes qui sont venus les épauler pour lutter contre la pandémie. Les « merdias officiellement reconnus » sont incorrrrigibles. C’est une quasi-unanimité de jugement qui est « enthousiaste » :
    • Pour LE MONDE : « Tout en apportant leur aide dans la lutte contre le coronavirus, Pékin et Moscou utilisent leurs réseaux pour faire passer des messages de propagande ».
    • L’OBS n’est pas en reste : « Opération publicitaire ? Opération militaire ? Ou rivalité avec les frères ennemis chinois ? La présence dans la péninsule italienne de médecins militaires russes encadrés par quatre hauts gradés inquiète ».
    • Quant au FIGARO : « Avec la Chine, la Russie a été la première à répondre aux appels à l’aide de l’Italie, touchée de plein fouet par la pandémie de coronavirus. Non sans arrière-pensée »
    • Enfin un contre-pied plein  d’humour grâce au SAKER : « L’armée russe envahit l’Italie ».

 

Coronavespoir

Comme toujours en cas de crise, même si celle-là relève de l’inédit, il y a des choses positives qui en émergent. C’est aussi une bonne occasion de repenser le sens de sa vie :

  • La mobilité de demain selon « la vélomaritime». C’est près de 1500 kilomètres d’itinéraires aménagés pour le vélo de la Bretagne aux Hauts de France.
  • C’est aussi, un exemple parmi tan d’autres, Michelin qui invente un masque réutilisable quasi indéfiniment.
  • C’est surtout une occasion unique, vécu à l’appui, « d’oublierdes métiers » qui se révèlent « vulnérables », car non essentiels et d’imaginer les métiers de demain.
  • Cela n’allant pas de soi pour la majorité d’entre nous, il m’est agréable de montrer que des pays dirigés par des femmes gèrent mieux la crise générée par cette pandémie.

Bien qu’Andalou de cœur, le machisme español ne m’a pas contaminé… Rassurez-vous, « Señor Corona » non plus.

Voilà pourquoi j’ai tant de plaisir à écrire que je suis totalement d’accord avec « l’ami Jean » qui nous l’a si joliment dit : « La femme est l’avenir de l’homme ». À écouter et méditer.

Lors d’un récent entretien sur France Inter, notre célèbre neuropsychiatre Boris CYRULNIK s’est exprimé comme à son habitude on ne peut plus clairement : « on aura le choix entre vivre mieux ou subir une dictature ».

Un bon test pour vérifier si « Super Corona » est « né de parents inconnus »…ou pas sera l’arrivée de l’été et d’un degré suffisant d’immunité naturelle de groupe, c’est-à-dire sans vaccin.

Au stade actuel, cette crise sanitaire est outrageusement instrumentalisée (confinement, surveillance de masse, distanciation sociale, restriction de multiples libertés, vaccin…) et, certainement un effet du hasard,  « sert » à merveille les plans de l’OFM. C’est la raison pour laquelle je pense que nous allons « bénéficier » de multiples périodes de confinement/déconfinement qui seront « justifiées » par des arguments « scientifiques » tels que mutation du virus, 2è vague, attente de vaccins, etc.

Le gouvernement par la peur ne date pas d’aujourd’hui, mais cet « art » est remarquablement utilisé actuellement par nos gouvernants. Faire accepter le concept de « distanciation sociale » à un peuple latin et arriver à le convaincre d’avoir une grande méfiance à l’égard de tous ( en sortant, je peux mourir d’avoir croisé un porteur du virus et si je sors, je suis coupable de potentiellement le transmettre).

Rappelons qu’une poignée de main signifie depuis longtemps une marque de confiance. Nous voilà donc « fort aimablement » c’est-à-dire en bon français : sous peine d’amende, contraint de ne plus pouvoir faire confiance à notre entourage (famille, amis…)  et « en même temps » devoir faire aveuglément confiance à nos gouvernants dont chacun sait que leur principale obsession est…notre bien-être et notre sécurité !!!

J’ai mal entendu… Vous avez dit « pigeon » ? Non ? Vous avez dit « perdreau de l’année » ? Comment ? Complotiste, conspirationniste… C’est bien ce que j’avais compris. Je me gausse ☺☺☺.

Comme vous le savez, dans une de mes « anciennes vies » j’étais sapeur-pompier de Paris. J’y ai étudié et vécu in situ la notion de danger, de risque perçu et de risque réel. Progrès oblige, tout cela est devenu une science : la cindynique.

Celle-ci nous démontre que, par rapport au risque réel, le risque perçu est très largement influencé par le discours tenu sur le risque réel. Je soumets à votre analyse l’illustration de cette notion de risque perçu/risque réel faite par le philosophe Lucien CERISE :

« Pour justifier le confinement de masse, la narration politico-médiatique dit : « Les hôpitaux risquent d’être saturés, restez chez vous ». Le réel dit : « Les hôpitaux ne sont pas saturés ». La narration politico-médiatique dit : « Les hôpitaux ne sont pas saturés grâce au confinement, donc continuez à respecter le confinement sinon les hôpitaux seront saturés ».

Pour mieux saisir ce qui se passe, il faut réussir à démêler les interactions entre l’actuel et le potentiel, le réel et le virtuel. Pour justifier le confinement de masse, la narration politico-médiatique dit : « Les hôpitaux risquent d’être saturés, restez chez vous ». Le réel dit : « Les hôpitaux ne sont pas saturés ». La narration politico-médiatique dit : « Les hôpitaux ne sont pas saturés grâce au confinement, donc continuez à respecter le confinement sinon les hôpitaux seront saturés ». De fait, ce confinement des bien-portants sur tout le territoire aggrave la situation sanitaire en imposant à tout le monde des conditions de vie claustrées pathogènes et un climat anxiogène et dépressif apocalyptique particulièrement nocif pour le système immunitaire, qu’il faudrait au contraire renforcer. Tous les rythmes biologiques, psychologiques, socio-économiques sont déréglés ».

« Celui qui contrôle la peur des gens devient le maitre de leurs âmes » (Nicolas Machiavel).

Force est de reconnaitre que jusqu’alors, la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement s’apparente à la conduite d’un « pompier pyromane » !!! Cela étant, comment supporter au mieux cette période de confinement et plus globalement être capable de « décoder » les narrations inutilement anxiogènes ? Comment cultiver l’optimisme et la sérénité nécessaires pour « être bien » ? Comment augmenter notre pouvoir immunitaire ? Comment transformer l’obstacle « Corona » en tremplin vers demain ?

 

Pour traverser au mieux la crise économique qui est déjà à notre porte, « l’ancienne logique » qui consiste à s’interroger sur l’avenir de notre patrimoine à partir de divers produits financiers et immobiliers n’est plus de mise. Depuis 2012, je répète inlassablement qu’il est indispensable pour ne pas dire impératif, de prendre le recul nécessaire et de bien comprendre « ce qui se passe » au niveau géo économico politique mondial. Une fois compris ou nous en sommes « de l’histoire » et sa suite probable, il est aisé de revenir aux questions de détail de l’optimisation patrimoniale.

Le monde de demain sera très différent de celui auquel nous sommes habitués. Une reconfiguration de votre patrimoine est à planifier sans tarder. Sa répartition actuelle entre biens financiers et immobiliers va-t-elle résister à la double crise actuelle ? Le mode de détention de votre immobilier est-il le mieux adapté en fonction des changements en cour ? Dois-je raisonner davantage en flux qu’en stock ?

Une partie de ces questions a déjà des réponses dans les « Rendez-vous d’Hubert   » parus à ce jour. Le numéro en cours de rédaction ainsi que les suivants seront pour vous une réelle boussole. En ces temps de fortes tempêtes, c’est un instrument bien utile, ne croyez-vous pas ?

Chers amis lecteurs, je vous invite à partager mon optimiste en cette période compliquée. Il y a de réelles raisons de l’être.

Prenez bien soin de vous. Je vous aime et vous salue.

PS : Pour le plus grand bien de tous et pour m’encourager à continuer dans cette voie, merci par avance de partager largement mes écrits autour de vous. C’est comme un sourire…gratuit 😊 😊 😊.