INTRODUCTION 

Notre quotidien se déroule, avec ses hauts et ses bas. Notre monde s’écroule et beaucoup ne le voient pas. En prenant du recul, une fois cela comprit, s’ouvre pour chacun de nous, les perspectives d’une nouvelle vie. Loin du tourbillon médiatico-politique, retrouvons qui nous sommes vraiment.

Comprenons le sens de notre vie. Ici et maintenant, exploitons-le pleinement. Rayonnons notre puissance d’amour, pour surmonter cette période difficile. Nous pourrons ainsi aider, tous ceux qui doutent et s’interrogent encore. C’est la somme de nos actions individuelles, qui fera le bonheur collectif.

« Sois le changement que tu veux voir dans ce monde »
(Gandhi)

 

EN CETTE MATIÈRE, LA TRANSPARENCE S’IMPOSE

Bien sûr, vous avez compris que le titre de ce billet m’a été inspiré par le succès de Sacha DISTEL : « L’incendie à Rio ». L’autodérision, pour l’ancien sapeur-pompier de Paris que je suis, est totalement assumée.

Connaissez-vous le général Lloyd AUSTIN ? C’est le secrétaire à la défense des États-Unis d’Amérique. Ce n’est pas pour me moquer de nos « Z’amis Z’américains », mais en France, nous faisons beaucoup mieux.

Nous avons un « ministre des Armées ». Franchement, cela a plus d’allure que « secrétaire à la défense », non ? Oui, mais, là où les Américains sont plus fort que nous, c’est que « l’ami Lloyd » est Chef du Pentagone, alors que « l’ami Seb » n’est le chef de rien !

Le pentagone, l’un des symboles de la puissance militaire américaine, est le plus grand bâtiment administratif du monde. C’est le quartier général du département de la défense des USA.

Figurez-vous que notre brave Lloyd n’a pas pu passer les fêtes de fin d’année en famille. En effet, il a été opéré, sous anesthésie générale à l’hôpital militaire Walter Reed (Maryland), le 22 décembre dernier. Officiellement, dès le lendemain, il était de retour chez lui et reprenait ses activités à distance.

Le 1er janvier, après une conférence vidéo avec la Maison-Blanche sur la situation au Moyen-Orient, « pépère AUSTIN » est de nouveau hospitalisé, mais, officiellement, il serait toujours resté conscient.

Là ou cette banale histoire, devient « intéressante », c’est que ces deux hospitalisations sont restées secrètes.

En effet, ni la Maison-Blanche, ni la secrétaire adjointe à la défense, Kathleen Hicks, n’ont été prévenues !!! Pire, ce n’est qu’au 2 janvier que plusieurs conseillers du secrétaire à la défense, le chef d’état-major des forces armées et même Antony BLINKEN, secrétaire d’État (encore un secrétaire), l’équivalent de notre ministre (encore un) des affaires étrangères… apprennent où il se trouve.

Encore plus fort, la secrétaire adjointe à la défense, numéro deux de la défense des USA, alors qu’elle est en déplacement à Porto Rico, découvre, par un simple courriel, qu’elle exerce temporairement les prérogatives de son patron !!!

Il faut attendre le 4 janvier, soit trois jours après la nouvelle hospitalisation de Lloyd Austin, pour que sa cheffe de cabinet informe le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan, de son état.

C’est le même jour qu’est informé… le président BIDEN !!! Rassurez-vous, « l’ami Lloyd » est sorti, hier lundi de l’hôpital, on espère, en bonne santé, .

Devant les « explications alambiquées » du secrétariat à la défense, c’est AUSTIN en personne qui étouffe l’affaire : « Je reconnais que j’aurais pu faire un meilleur travail en veillant à ce que le public soit correctement informé. Je m’engage à faire mieux ».

Savez-vous ce qui lie le « football » au « biscuit » ? Le président américain, en tant que commandant en chef de l’armée, est seul compétent pour déclencher le feu nucléaire.

Chaque fois qu’il se déplace, en hélicoptère, en avion, en voiture et jusque dans l’ascenseur, un militaire chargé d’une lourde mallette en cuir noir… le suit.

C’est elle qui est dénommée « football ». Son contenu est confidentiel. Elle contiendrait des codes ainsi que des listes de cibles et des stratégies. Pour activer la procédure, le président doit s’identifier avec un « biscuit ».

C’est un code imprimé sur un support en plastique, de la taille d’une carte de crédit, dont il ne se sépare jamais… en principe !!!

Si c’est bien le président qui déclenche la procédure, une chaîne de responsables politiques et militaires, en assurent l’exécution… dont le secrétaire à la défense !!!

On ignore encore où se trouvait la mallette nucléaire pendant l’incapacité d’AUSTIN, ni si la procédure pour sa gestion a été violée.

Le président de la commission des forces armées de la Chambre des représentants du Congrès américain, Mike Rogers, a lancé une enquête officielle sur « l’incident » de l’hospitalisation secrète d’AUSTIN. Il ne mâche pas ses mots :

  • « Le secrétaire à la Défense est le maillon clé de la chaîne de commandement entre le président et les militaires en uniforme, y compris la chaîne de commandement nucléaire, lorsque les décisions les plus importantes doivent être prises en quelques minutes ».

Résumons : si une bombe nucléaire nous tombe sur la tête, il est plus probable qu’elle vienne, par inadvertance, de nos alliés américains, que des méchants Russes. Est-ce si rassurant ?

« Ce qui rend la corruption, ou même la simple médiocrité des élites, si funeste,
c’est la solidarité qui lie entre eux tous leurs membres,
corrompus ou non corrompus,
dans la défense du prestige commun »
(Georges Bernanos)

Chers lecteurs, prenez soin de vous. Je vous aime et vous salue.

 

ET MES SOUS DANS TOUT ÇA ?

Vous avez pris conscience de la gravité de la situation et vous tenez à préserver votre patrimoine matériel et spirituel, du chao qui arrive.
Les rendez-vous d’Hubert vous permettent de bénéficier de mon expérience, pour anticiper et exploiter au mieux, l’évolution de la situation.
Véritables guides pratiques, les rendez-vous d’Hubert vous permettent de comprendre ce qui se passe réellement et de prendre les meilleures décisions.