Ne gênez pas vos voisins : quand la nature nous apprend le « vivre ensemble »

27 Avr, 2019 | 1 commentaire

INTRODUCTION 

Notre quotidien se déroule, avec ses hauts et ses bas. Notre monde s’écroule, beaucoup ne le voient pas.
Prenons du recul et une fois tout cela compris, s’ouvre pour chacun de nous, une nouvelle vie.
Retrouvons l’Être que nous sommes vraiment. Ici et maintenant, vivons-le pleinement.
Rayonnons notre puissance d’amour, elle est inépuisable.

« Ce que tu donnes est à toi pour toujours. Ce que tu gardes est perdu à jamais »
(Proverbe Soufi)

Les arbres sont-ils « timides » ? Selon des botanistes, la réponse est OUI. Qu’est-ce que « la timidité » d’un arbre ? Tout simplement le fait que dans une forêt ou poussent côte à côte de multiples arbres, bien qu’en grandissant, les branches de leur cime devraient s’entremêler et se gêner… Il n’en est rien !!! Comme si, par « timidité », ils ne voulaient pas « déranger » leurs voisins. Ils laissent entre eux un espace vide pour que le vent ne permette pas que les branches voisines s’entrechoquent et de détériorent. Chers lecteurs, prenez deux minutes de pur bonheur à observer comment la nature « nous parle ». C’est la même chose pour ce qui est de leurs racines. Curieux, non ? Ça c’est du « vivre ensemble »… de quoi contenter nos politiques de tout bord.

Nous avons beaucoup à gagner de mieux observer la nature, car elle a énormément de choses à nous apprendre. Comme je vous le rapportais dans mon billet du 20  de ce mois d’avril, « Oui, nous sommes partie intégrante de la nature ». Si dans ce même billet, je « fustigeais » nos parlementaires de vouloir légiférer à tous propos et notamment de conférer des droits aux arbres, je vous faisais part du bonheur que j’éprouvais lorsque je viens régulièrement embrasser et parler « au platane de mon enfance ».

Nous vivons une bien curieuse époque où nos « Z’élites » nous proposent le monde des objets connectés « grâce » auxquels nous serons toujours plus « bombardés » de rayonnements électromagnétiques divers et variés qui sont néfastes pour l’homme comme je vous l’évoquais dans mon billet du 23 février dernier. Ils nous promettent « un merveilleux futur écolo » qui nécessite évidemment des investissements côôôlossaux et donc encore plus de nouveaux Z’impôts. STOP !!!

Les grands merdias nous rapportent très souvent que la Chine est « le pays de la pollution ». Sans doute, mais ce pays est aussi celui du projet de « la première ville-forêt du monde ». Débuté en 2017, le chantier est en cours et l’inauguration est prévue pour 2020. Imaginez-vous, au sud de la Chine dans la province de Guangxi, la  nouvelle ville de Nanjing, entièrement conçue pour épouser la nature. 30 000 habitants sur 175 hectares. l’illustration de ce billet vous représente ce projet. Impressionnant, non? Les murs, les toits et les couloirs de circulation de la cité accueilleront au total 40 000 arbres et un million de plantes. Une véritable petite jungle aux effets bénéfiques sur la qualité de l’air.

Stefano BOERI, l’architecte à l’origine du projet est ambitieux : « Une fois construite, la nouvelle ville pourra absorber environ 10 000 tonnes de CO2 et 57 tonnes de polluants par an, tout en produisant presque 900 tonnes d’oxygène ». Il est crédible, car il a déjà quelques belles réalisations de « tours végétales » à son actif.

Vous aviez raison Monsieur PEYREFITTE « la Chine s’est réveillée ».

Observons plus attentivement « Dame nature » et autant que faire se peut, imitons-là au lieu de la combattre. Je vous pose à nouveau la question abordée dans mon billet du 2 mai 2018 : « saviez-vous qu’en Amazonie, les arbres sont capables de faire tomber la pluie ? C’est plus fort que les robots-abeilles de Walmart !!! ». Ces « robots abeilles » que j’évoquais plus en détail dans mon billet du 9 mai 2018 titré « L’homme se prendrait-il pour Dieu ? ».

je vous en pris chers lecteurs, revenez plus souvent vers la nature. Admirez-là comme je vous y conviais dans mon billet du 2 décembre 2017, à propos des « ponts de racines vivantes » de l’Inde. Incitez vos élus à aider « la nature à se réapproprier des espaces à l’abandon, offrir des chemins de balade », comme le fait le maire d’une commune de la région parisienne, cité dans mon billet du 19 mars 2018, à propos de la création d’une forêt d’un million d’arbres.

Et pour terminer le billet de ce jour, je vous invite à passer de délicieux moments, comme je l’ai fait à la lecture inspirante du livre d’un forestier allemand, Peter WOHLLEBEN : « La vie secrète des arbres ». J’anticipe que sa présentation par l’auteur, à l’émission « La grande librairie », devrait vous donner l’envie de le commander, toutes affaires cessantes.

Passez une belle journée à vous charger d’ondes positives. Je vous aime et vous salue.

Mots clés : Chine, Forêt, Nature

1 Commentaire

  1. Alberto PODAVINI

    Cher Hubert bonjour,

    Je ne rate aucun de tes billets que je lit avec beaucoup de plaisir et d'attention.

    Moi aussi je t'aime et je te salut.

    Alberto.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LETTRE D’INFORMATION


DERNIERS BILLETS MIS EN LIGNE


SOCIAL