Voilà une excellente histoire belge… une foi !

6 Fév, 2023 | 0 commentaires

INTRODUCTION 

Notre quotidien se déroule, avec ses hauts et ses bas. Notre monde s’écroule, beaucoup ne le voient pas.
Prenons du recul et une fois tout cela compris, s’ouvre pour chacun de nous, une nouvelle vie.
Retrouvons l’Être que nous sommes vraiment. Ici et maintenant, vivons-le pleinement.
Rayonnons notre puissance d’amour, elle est inépuisable.

« Ce que tu donnes est à toi pour toujours. Ce que tu gardes est perdu à jamais »
(Proverbe Soufi)

Introduction.

Les évènements s’enchainent de plus en plus rapidement. Nos repères s’estompent, sous une forte pression médiatique. Nous sentons confusément que quelque chose de sombre va arriver. Pourtant, nous sommes entrés dans les temps de l’apocalypse, c’est-à-dire, les temps du dévoilement, de la vérité.

Deux anciens amis, que les fidèles lecteurs de ce blog connaissent bien, se joignent à moi pour décrypter différents faits d’actualité de manière succincte. Il s’agit du démystificateur de sophismes économiques, Frédéric BASTIAT et de mon poète préféré, Alex ANDRIN.

Mes billets s’articulent en trois parties. Les deux premières, à la manière de « l’ami Frédéric », avec son célèbre : « Ce que l’on voit et ce que l’on ne voit pas ». La troisième partie est réservée à la vision de « l’ami Alex ».

 

µ CE QUE L’ON VOIT

Nous autres Français, aimons souvent nous moquer de nos voisins d’outre-Quiévrain pour leur accent et pour leurs blagues. En plus de leur gentillesse proverbiale, ils ont le sens de la réciprocité. Cela fait partie des relations de bon voisinage.

Samedi dernier 4 février 2023, a eu lieu, au château du lac, dans la ville de Genval, une Région wallonne de Belgique, un mini symposium organisé par l’ordre des médecins de Bruxelles et Brabant Wallon. Le thème était : « Déontologie et vaccination obligatoire » .

 

CE QUE L’ON NE VOIT PAS

Tout comme en France, chez nos amis belges, certains journalistes, même s’ils sont loin d’être les plus nombreux, font honneur à leur profession. Tout particulièrement ceux de KAIROS et de BAM.

Regardez et écoutez le compte-rendu fait par les docteurs COLIGNON et RESIMONT, au micro d’un journaliste de BAM, dès leur sortie de ce symposium. En voici le résumé.

L’ensemble des médecins présent à cette réunion (environ 450) s’est déclaré U NA NI ME MENT, contre la « vaccination » obligatoire des personnels soignants, y compris ceux qui, jusqu’à ce jour, défendaient cette obligation. L’ordre a pris position publiquement pour de futures discussions sérieuses sur le plan scientifique, avec « des voix alternatives à celle du commerce et de la finance ».

La question des effets secondaires des injections a été évoquée lors de cette réunion. Le vice-président de l’ordre national des médecins a reconnu qu’ils étaient sous-estimés. Avis largement partagé dans l’assistance.

Prudent, le docteur Alain COLIGNON, tout en se félicitant de la position officielle de l’ordre des médecins, s’interroge sur les motivations de ce revirement. Est-ce par réelle conviction ou bien « pour se dédouaner d’une crise » qu’ils prévoient, entre les médecins pro et anti « injection Corona-cambolesques ». Il a aussi pointé du doigt l’ingérence des laboratoires pharmaceutiques.

Le docteur RESIMONT a souligné l’importance des effets secondaires qu’il constate tous les jours en consultation. Il appelle les personnes concernées à se manifester davantage.

La vérité se révèle « officiellement »… au moins en Belgique. Et nous, qu’allons-nous faire ?

 

CE QU’EN PENSE ALEX ANDRIN

Le temps agit toujours pour que la vérité,
Apparaisse au grand jour, dans sa totalité.
Les médecins belges, sont-ils plus courageux ?
Que leurs collègues français, qui s’avèrent plus « frileux ».
Allez messieurs, il est temps de faire un effort,
Reconnaissez, enfin, que vous avez eu tort.

Gardez confiance en vous. Je vous aimer et vous salue.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LETTRE D’INFORMATION


DERNIERS BILLETS MIS EN LIGNE


SOCIAL