Commençons par une description : mouvement de pensée bouddhique qui prône l’enseignement direct de maître à élève, la recherche de l’illumination intérieure de l’individu, notamment au moyen de la méditation et de certaines postures corporelles. Il a joué un rôle important dans la civilisation japonaise et extrême-orientale. De quoi s’agit-il ?

Félicitation, vous avez reconnu le Zen. Cette saine attitude de lâcher prise nous est particulièrement bénéfique, surtout en cette période pour le moins particulière que nous sommes en train de vivre.

 

Les drones, ces curieux objets volants sans passager ni pilote, autonomes ou contrôlés à distance, sont omniprésents. À usage civil, ils permettent notamment de nous proposer des vues saisissantes et inhabituelles lorsqu’ils sont utilisés pour réaliser des films de cinéma ou de télévision.

Ils permettent aussi d’opérer des surveillances dans des milieux difficiles. De même, ils sont d’une aide précieuse pour les pompiers.

Comme toujours, les applications militaires sont largement exploitées par toutes les grandes armées mondiales, mais pas que les grandes.

En effet, des petits drones militaires lanceurs de grenades ou équipés de mitrailleuses sont déjà utilisées, aussi bien par des armées régulières que par acteurs non étatiques.

Quand on n’a peu de moyens, on innove. Le parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), dans sa lutte contre le pouvoir turc, en vue de l’autonomie du peuple kurde, fait preuve d’ingéniosité. Il recycle.

Ils utilisent… le croirez-vous ? Des bouteilles d’eau minérale coupées en deux, pour en faire des entonnoirs stabilisateurs des grenades qu’ils larguent depuis leurs drones, sur les objectifs ennemis.

 

Revenons à la zen-attitude. En Syrie, ravagée par la guerre depuis dix ans, un père ne pouvait plus supporter le traumatisme causé à Salwa, sa petite fille de trois ans, lors de chaque bombardement.

Il a inventé pour elle, un nouveau jeu : rire à chaque fois qu’une bombe tombe à proximité. Du coup, Salwa rit, elle rit beaucoup, beaucoup trop !!!

 

Partons maintenant au Canada ou Naomi, youtubeuse harpiste, ou harpiste youtubeuse, si vous préférez, se filmait en train de jouer de son instrument en bordure d’un bois.

Tout absorbée par sa musique, elle ne remarque pas une biche qui, sortant du bois, vient vers elle, peut être charmée par cette musique inhabituelle pour elle? Cette histoire se termine par la peur de ces deux actrices… la biche la première.

C’est sur cette note de beauté que je vous souhaite une bonne fin de semaine. Hé oui, nous sommes déjà vendredi.

Chers lecteurs, je vous aime et vous salue.