L’alliance Chine/Russie… pas que pour l’or

21 Juin, 2019 | 0 commentaires

INTRODUCTION 

Notre quotidien se déroule, avec ses hauts et ses bas. Notre monde s’écroule, beaucoup ne le voient pas.
Prenons du recul et une fois tout cela compris, s’ouvre pour chacun de nous, une nouvelle vie.
Retrouvons l’Être que nous sommes vraiment. Ici et maintenant, vivons-le pleinement.
Rayonnons notre puissance d’amour, elle est inépuisable.

« Ce que tu donnes est à toi pour toujours. Ce que tu gardes est perdu à jamais »
(Proverbe Soufi)

Pour peu que le ciel soit dégagé, allez donc faire un tour au salon international de l’aéronautique et de l’espace (SIAL) au Bourget en cette fin de semaine. Vous pourrez voir, entre autres, les démonstrations en vol de différents modèles d’avions, dont ceux des « duettistes des airs », j’ai nommé AIRBUS et BOEING.

Je profite de l’occasion pour préciser qu’AIBUS n’est pas un constructeur d’avions français, contrairement à ce que croient encore beaucoup de personnes. Même si l’assemblage des avions est réalisé en France à Toulouse, AIRBUS, c’est une coopération industrielle internationale dans le secteur aéronautique et spatial, civil et militaire. Mais revenons au salon du Bourget.

Vous ne le verrez pas, mais « sa menace » sera très présente dans les conversations feutrées de tous les constructeurs aéronautiques et plus particulièrement des dirigeants de Boeing et d’Airbus… Il s’agit du déjà célèbre CR929… Le futur long courrier sino-russe.

Le groupe chinois Comac (Commercial Aircraft Corporation of China) et le consortium Russe UAC (United Aircraft Corporation) se sont associés le 22 mai 2017 dans le joint-venture CRAIC (China-Russia Commercial Aircraft International Corporation) afin de lancer conjointement sur le marché des avions aussi performants, mais moins chers que ceux d’Airbus et de Boeing. Les chinois et les russes ont bien compris qu’en s’alliant, les constructeurs européens et américains ne « feront plus le poids »

Le CR929 sera un concurrent direct de l’A350 et du B787. Doté d’un budget de 20 milliards de dollars, cet appareil est prévu pour entrer en service entre 2025 et 2028. C’est pratiquement demain. La cabine est conçue par la Chine et les ailes par la Russie. Non seulement le « duopole Airbus-Boeing

Pour peu que le ciel soit dégagé, allez donc faire un tour au salon international de l’aéronautique et de l’espace (SIAL) au Bourget en cette fin de semaine. Vous pourrez voir, entre autres, les démonstrations en vol de différents modèles d’avions, dont ceux des « duettistes des airs », j’ai nommé AIRBUS et BOEING.

Je profite de l’occasion pour préciser qu’AIBUS n’est pas un constructeur d’avions français, contrairement à ce que croient encore beaucoup de personnes. Même si l’assemblage des avions est réalisé en France à Toulouse, AIRBUS, c’est une coopération industrielle internationale dans le secteur aéronautique et spatial, civil et militaire. Mais revenons au salon du Bourget.

Vous ne le verrez pas, mais « sa menace » sera très présente dans les conversations feutrées de tous les constructeurs aéronautiques et plus particulièrement des dirigeants de Boeing et d’Airbus… Il s’agit du déjà célèbre CR929… Le futur long courrier sino-russe.

Le groupe chinois Comac (Commercial Aircraft Corporation of China) et le consortium Russe UAC (United Aircraft Corporation) se sont associés le 22 mai 2017 dans le joint-venture CRAIC (China-Russia Commercial Aircraft International Corporation) afin de lancer conjointement sur le marché des avions aussi performants, mais moins chers que ceux d’Airbus et de Boeing. Les chinois et les russes ont bien compris qu’en s’alliant, les constructeurs européens et américains ne « feront plus le poids »

Le CR929 sera un concurrent direct de l’A350 et du B787. Doté d’un budget de 20 milliards de dollars, cet appareil est prévu pour entrer en service entre 2025 et 2028. C’est pratiquement demain. La cabine est conçue par la Chine et les ailes par la Russie. Non seulement le « duopole Airbus-Boeing » pourrait se transformer rapidement en « triopole CRAIC-Aibus-Boeing », mais à terme, devenir finalement le « monopole CRAIC ». Imaginez déjà les vagues de licenciements, surtout pour ce qui est des nombreuses entreprises sous-traitantes !!

Imaginez déjà les vagues de licenciements chez les « Z’avionneurs » en Europe et aux USA, surtout pour ce qui est des nombreuses entreprises sous-traitantes. Amis lecteurs qui travaillez dans ce secteur, je ne saurais trop vous conseiller d’envisager sérieusement un plan B.

Je ne sais pourquoi mais… J’ai le pressentiment que nos merdias parlerons…  Des brillantes « perspectives de la relance des négociations » entre la France et l’Allemagne, « en vue du projet commun de remplacement de leurs avions de combat tactique »… à l’horizon 2040!!!

 

Mots clés : Airbus, Avionneur, Boeing

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LETTRE D’INFORMATION


DERNIERS BILLETS MIS EN LIGNE


SOCIAL