Chers lecteurs, les cérémonies du 75è anniversaire du débarquement se sont déroulées en grande pompe. Elles m’inspirent quelques réflexions que je vous invite à partager. Tout d’abord, à une époque ou de gauche à droite, de nombreux hommes politiques se réfèrent au Général de Gaulle, il est « amusant » de se souvenir qu’en février 2017, le candidat Macron avait défendu ses propositions de programme en citant de Gaulle, qui fait partie de son « Panthéon personnel »: « C’est un vaste programme comme disait le Général, mais ça n’empêche pas d’avancer et de marcher ».

Rappelons-nous que le Général a refusé d’assister aux commémorations du 20 è anniversaire du débarquement en 1946 et en 1964 comme je vous l’avais déjà écrit dans mon billet du 30 juin 2014 :« Le débarquement du 6 juin, ç’a été l’affaire des Anglo-Saxons, d’où la France a été exclue. Ils étaient bien décidés à s’installer en France comme en territoire ennemi ! Comme ils venaient de le faire en Italie et comme ils s’apprêtaient à le faire en Allemagne ».

Au fait, tous nos grands merdias nous parlent du « jour le plus long », de l’opération « Overlord » … Savez-vous qu’Overlord signifie en français : chef suprême, suzerain !!! Le suzerain, nous dit l’encyclopédia Universalis : « Seigneur supérieur. Dans le vocabulaire du droit féodo-vassalique, le suzerain est le seigneur du seigneur (antonyme : arrière-vassal). Ce terme désigne par excellence la personne qui se trouve au sommet d’une pyramide hiérarchique : l’empereur, le roi, dans la société féodale, sont des suzerains. ». Que ce mot est « intéressant » à mettre en parallèle avec la condamnation faite par notre cher président, aux « souverainistes » !!!

À part le fait qu’à Caen, le public a été tenu à l’écart du président (sécurité oblige) et que Vladimir Poutine n’a pas été invité (ce n’est pas son copain) alors que les Russes ont contribués plus que largement au succès des alliés, un autre point ne cesse de « m’étonner ». Sa « lecture tronquée » de la lettre d’un jeune résistant de 16 ans à ses parents alors qu’il allait se faire fusiller. Il « oublie » entre autres, deux mots qui ne sont pas neutres : « France éternelle » !!!