Civils syriens « testeurs » des stratégies militaires modernes

12 Sep, 2018 | 0 commentaires

INTRODUCTION 

Notre quotidien se déroule, avec ses hauts et ses bas. Notre monde s’écroule, beaucoup ne le voient pas.
Prenons du recul et une fois tout cela compris, s’ouvre pour chacun de nous, une nouvelle vie.
Retrouvons l’Être que nous sommes vraiment. Ici et maintenant, vivons-le pleinement.
Rayonnons notre puissance d’amour, elle est inépuisable.

« Ce que tu donnes est à toi pour toujours. Ce que tu gardes est perdu à jamais »
(Proverbe Soufi)

C’est hélas une constante, depuis longtemps les guerres servent, entre autres « profits », aux pays fabricants d’armes pour prouver aux acheteurs potentiels, toute l’efficacité de leurs savoir-faire en la matière. N’oublions pas que la France se classe comme le 3ème pays exportateur d‘armes, après les USA et la Russie.

Cela étant, les armements ne sont pas tout. Compte aussi, la tactique militaire, surtout depuis que les guerres « modernes » ont changé la forme des conflits. Les populations civiles sont systématiquement impliquées. Les communications entre les états-majors des « grandes puissances » concernées sont très courantes, dans un but politique évident : celui de confiner régionalement le théâtre d’opérations et d’éviter l’embrasement général amenant à une troisième guerre mondiale. La guerre de Syrie est caractéristique de l’évolution de la stratégie militaire russe qui est passé d’une guerre « d’attaques et de ripostes » en une guerre de « sanctuarisation » d’un territoire, face aux attaques internes et externes, autrement dit, attaque des « rebelles modérés » et frappes des USA, notamment avec la couverture du territoire avec ses batteries anti missile S300 et S400.

Plus politiquement, la Russie cherche une désintégration progressive et pacifique de « l’empire mondialiste » pour en finir avec la vision du monde unipolaire issu de la fin de la 2ème guerre mondiale. Ce changement de paradigme militaire intéresse au plus haut point la « puissance montante » qu’est la Chine…. Qui a déjà œuvré dans ce sens avec la Russie, notamment par la mise en place du pétro-yuan. Affaire à suivre.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LETTRE D’INFORMATION


DERNIERS BILLETS MIS EN LIGNE


SOCIAL