Sommes-nous bien raisonnables ?

3 Mai, 2018 | 0 commentaires

INTRODUCTION 

Notre quotidien se déroule, avec ses hauts et ses bas. Notre monde s’écroule, beaucoup ne le voient pas.
Prenons du recul et une fois tout cela compris, s’ouvre pour chacun de nous, une nouvelle vie.
Retrouvons l’Être que nous sommes vraiment. Ici et maintenant, vivons-le pleinement.
Rayonnons notre puissance d’amour, elle est inépuisable.

« Ce que tu donnes est à toi pour toujours. Ce que tu gardes est perdu à jamais »
(Proverbe Soufi)

Voici passé le « premier pont de mai » et les suivants sont « dans les tuyaux ». Pour beaucoup d’entreprises, mai, c’est « le mois maudit » alors que pour beaucoup de salariés, c’est l’avant-goût des vacances. Un récent sondage de la société OpinionWay pour Homair, nous apprend que 45% des Français, grâce aux nombreux ponts du mois de mai « se sentent un peu en vacances ». Jusque-là, ce résultat est « conforme » à cette profonde pensée philosophique qui nous caractérise, nous autres français et qu’a si bien chanté l’inoubliable Henry SALVADOR « le travail, c’est la santé ».

Quand, dans ce même sondage, à la question « Vous est-il arrivé de faire rater des jours d’école à vos enfants au mois de mai pour partir en week-end ? », 65% ont répondus « Non et je ne le ferais pas », nous voilà rassssuré… Quoi que !!!

En effet, 49% des foyers ayant un enfant de moins de 18 ans déclarent « qu’ils l’ont fait ou que cela ne les gênerait pas de le faire ». Pauvre Jules FERRY, tu dois te retourner dans ta tombe.

Il est vrai que si la « loi Ferry » n° 11-696 du 8 mars 1882, rendait l’enseignement primaire obligatoire en France, elle laissait le choix pour « Le père, le tuteur, la personne qui a la garde de l’enfant, le patron chez qui l’enfant est placé », du lieu ou serait accomplie cette obligation « soit dans les établissements d’instruction primaire ou secondaire, soit dans les écoles publiques ou libres, soit dans les familles, par le père de famille lui-même ou par toute autre personne qu’il aura choisie ». Le code de l’éducation dans ses articles L 131-1 à L 131-13, actuellement en vigueur reprennent « modernisés » ces principes de l’instruction obligatoire.

Aussi “moderne“, le fait de privilégier le repos au travail, surtout celui des enfants qui sont, ne l’oublions pas, les dirigeants de demain !!!

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LETTRE D’INFORMATION


DERNIERS BILLETS MIS EN LIGNE


SOCIAL