Conseils fiscaux : dans le collimateur de l’OCDE

24 Avr, 2018 | 0 commentaires

INTRODUCTION 

Notre quotidien se déroule, avec ses hauts et ses bas. Notre monde s’écroule, beaucoup ne le voient pas.
Prenons du recul et une fois tout cela compris, s’ouvre pour chacun de nous, une nouvelle vie.
Retrouvons l’Être que nous sommes vraiment. Ici et maintenant, vivons-le pleinement.
Rayonnons notre puissance d’amour, elle est inépuisable.

« Ce que tu donnes est à toi pour toujours. Ce que tu gardes est perdu à jamais »
(Proverbe Soufi)

Le 13 décembre 2017 à la suite de l’enquête sur le blanchiment de capitaux, l’évasion fiscale et la fraude fiscale, le Parlement européen a adopté des recommandations concernant la responsabilité des avocats et conseils fiscaux.

Cette fois-ci, c’est au tour de l’ organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) d’essayer de colmater les brèches laissées par les normes régissant l’échange automatique de renseignements entre les différents pays. C’est l’usage de montages financiers complexes (structures offshore, trusts…) qui est ciblé par l’organisation.

Pascal Saint-Amans, directeur du Centre de politique et d’administration fiscale de l’OCDE , enfonce le clou : « Le temps est révolu pour les évadés fiscaux et leurs conseillers qui ne jouent pas le jeu et continuent de cacher leurs avoirs à l’étranger ».

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LETTRE D’INFORMATION


DERNIERS BILLETS MIS EN LIGNE


SOCIAL