Condition des femmes: La Tunisie en pointe

26 Fév, 2018 | 0 commentaires

INTRODUCTION 

Notre quotidien se déroule, avec ses hauts et ses bas. Notre monde s’écroule, beaucoup ne le voient pas.
Prenons du recul et une fois tout cela compris, s’ouvre pour chacun de nous, une nouvelle vie.
Retrouvons l’Être que nous sommes vraiment. Ici et maintenant, vivons-le pleinement.
Rayonnons notre puissance d’amour, elle est inépuisable.

« Ce que tu donnes est à toi pour toujours. Ce que tu gardes est perdu à jamais »
(Proverbe Soufi)

Selon des études menées par le Centre de recherches, d’études de documentation et d’information sur la femme (CREDIF) qui dépend du ministère de la femme, de la famille et de l’enfance, près de la moitié des femmes tunisiennes interrogées dans les sondages admettent avoir été victimes de violence et 60 % sont victimes de violences conjugales.

C’est dans ce contexte que le 26 juillet 2017, le parlement tunisien a voté à l’unanimité des 146 députés présents (sur 217 élus), une nouvelle loi qui sanctionne les policiers refusant de prendre les plaintes des victimes, et qui exige des formations de toutes les instances qui ont affaire aux victimes. Quatre ministères sont concernés par les formations : le ministère de la santé, celui de l’intérieur, celui de l’éducation et celui de la justice.

Souvenez-vous, le 5 janvier dernier, je vous faisais part de “la rébellion” de lycéennes tunisiennes qui s’insurgeaient contre le fait qu’elles devaient porter une blouse dont leurs camarades garçons étaient exonérés. Une partie du monde musulman semble “bouger” et c’est réconfortant.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LETTRE D’INFORMATION


DERNIERS BILLETS MIS EN LIGNE


SOCIAL