PASSIONS ET TRANSMISSIONS

Je m’appelle Hubert BOELTZ et suis né en 1946. Après des études secondaires en électrotechnique, je m’engage par idéal dans une carrière militaire de dix-huit années au sein de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris. Au moment de ma reconversion professionnelle, le hasard me fait découvrir l’activité de conseil en gestion de patrimoine indépendant (CGPI).

Ce que je vois alors est tellement différent de mes valeurs, que je décide d’en revisiter la pratique. À 48 ans, il me faut tout apprendre. Je choisis le Conservatoire National des Arts et Métiers de Paris (CNAM), pour son excellence et bénéficie alors d’une formation supérieure diplômante, en droit immobilier ainsi qu’en droit et technique de l’assurance.

Impliqué dans l’évolution de la profession pendant neuf années comme administrateur du principal syndicat professionnel, je souhaite aussi agir sur le plus long terme. C’est donc très naturellement que je deviens enseignant dans plusieurs écoles de commerce parisiennes. Mon activité de coach en sérénité patrimoniale me permet de conserver l’indispensable expérience de la pratique du terrain.

Pour continuer à travailler sans costume ni cravate, « l’uniforme du CGP », j’ai choisi de le faire depuis le sud de l’Espagne, dans la magnifique province de Málaga. Viva España !!!
L’art de vivre Andalou me procure le recul et l’équilibre indispensables pour être toujours aussi passionné par toutes ces merveilleuses activités…Olé !!!

UN CONSTAT NAVRANT

Née il y a quelques décennies, l’activité liée au conseil patrimonial se décline sous diverses appellations : conseil en gestion de patrimoine (indépendant ou non), conseil en défiscalisation, conseil patrimonial, conseil en investissements financiers, ingénieur patrimonial… Le professionnel en gestion de patrimoine pratique deux types d’activités :

Le conseil en stratégie patrimoniale et en choix de produits d’investissements. Il est dispensé le plus souvent, gratuitement, par les CGP, qu’ils soient salariés de banques, de compagnies d’assurances ou bien indépendants.

La vente de différents produits patrimoniaux. Les CGP sont commissionnés par les fournisseurs des produits qu’ils vendent, directement pour ce qui est des indépendants et indirectement pour ce qui est des employés des banques et compagnies d’assurances.

Que penseriez-vous de votre médecin généraliste, si après avoir fait son diagnostic et rédigé son ordonnance, il « devenait pharmacien » et vous vendait les médicaments qu’il vient de vous prescrire ? Comment dans ces conditions, revendiquer sérieusement l’objectivité mise en avant par la quasi-totalité des CGP indépendants ? Hélas, la réglementation (code monétaire et financier) entérine cet « incongru » mélange de genres, alors que le conflit d’intérêts est évident.

UNE RÉFLEXION DIFFÉRENTE

Tout s’accélère autour de nous, nos repères disparaissent, l’avenir est de plus en plus incertain. Pour ce qui est de votre patrimoine, est-il raisonnable de souscrire au « placement préféré des Français » si vous n’avez pas compris pourquoi ce type de produit est condamné à disparaître ?

Si vous venez brusquement à perdre votre emploi, avez-vous potentiellement d’autres sources de revenus ? En cas de crise sociale aigüe, avez-vous envisagé un « plan B » pour mettre vos proches à l’abri ? Ce sont hélas, des questions qu’il faut se poser aujourd’hui.

Je pense que votre meilleur investissement est l’acquisition du minimum de connaissances vous permettant d’être autonome dans le développement de VOS patrimoines : prioritairement votre patrimoine humain, puis le financier. Pour paraphraser Georges CLEMENCEAU : « Votre patrimoine est une affaire beaucoup trop sérieuse, pour la confier à un conseil en gestion de patrimoine ».

 

J’ai déjà un CGP. Que pouvez-vous m’apporter de plus ?

Mon action ne consiste aucunement à dénigrer le CGP qui s’occupe de vous pour « prendre sa place ». Elle est basée sur une réflexion simple autant que logique : la confiance n’exclue pas le contrôle.

Je gère moi-même mon patrimoine. Quelle serait votre valeur ajoutée ?

Vous avez donc, à l’évidence, une bonne connaissance de ces matières. Cela étant, « une vision extérieure » est toujours utile. Mon expérience et la veille permanente nécessaire à ma pratique d’enseignant vous permettent « d’élargir le champ des possibles ».

Quel est votre positionnement dans le monde du conseil patrimonial ?

En 2015, après 24 années de pratique, je décide de quitter le statut de conseil en gestion de patrimoine indépendant (CGPI) pour deux raisons :

  • – Le refus de cautionner un système (la règlementation) dans lequel le CGPI est de plus en plus utilisé comme un « agent collecteur d’informations » destinées au monde bancaire et à différentes autorités étatiques.
  • – Je réfute totalement l’alibi de « la sécurité des investisseurs » mise en avant par le marketing financier, faisant passer le monde des CGPI dans la « logique bancaire » de faire signer « une montagne de documents » qui n’ont qu’un seul but : exonérer le conseiller de toute responsabilité.

Je revendique totalement la pratique « artisanale » du coaching en sérénité patrimoniale avec une approche profondément humaniste d’honnêteté intellectuelle et de « langage de vérité ». Cette démarche me permet de gagner en sérénité, en passant du rôle de sachant (CGPI), à celui de « passeur de connaissances » (coach en sérénité patrimoniale), pour le plus grand bien de tous.