SÉRÉNITÉ PATRIMONIALE

SÉRÉNITÉ
PATRIMONIALE

LA RÉALITÉ DÉPASSE LA FICTION

Une des missions de notre très chère autorité des marchés financiers (AMF) est de contrôler la bonne application de la règlementation régissant les produits financiers et leurs distributeurs.

Elle mène depuis 2010, des campagnes de visites mystères, en agences bancaires ou en ligne, afin d’observer les pratiques de commercialisation des instruments financiers.

À cette occasion, elle vérifie la bonne application de la directive sur les marchés d’instruments financiers, visant à renforcer la protection des investisseurs.

La dernière campagne de visites mystères de l’AMF s’est déroulée entre le 19 septembre 2023 et le 22 mars 2024. Elle a donné lieu à 182 visites dans 12 groupes bancaires.

L’objectif était d’évaluer la connaissance des conseillers en banque, pour ce qui est des investissements dans « la finance durable ». Sa définition, telle qu’énoncée par l’observatoire de la finance durable, est la suivante ;

  • « la finance durable privilégie les opérations financières qui prennent en compte des critères extra-financiers qu’on appelle les critères ESG : environnementaux, sociaux et de gouvernance. Ces critères regroupent l’analyse des impacts des activités des entreprises en matière d’émissions de carbone, de la protection de la biodiversité, de gestion des déchets, etc.; des impacts sociétaux; et l’ensemble des règles qui régissent la manière dont les entreprises sont contrôlées et dirigées».

Ces fameux critères ESG, sont aussi, souvent appelés : investissements socialement responsables (ISR).

Il est particulièrement consternant, de constater comment le monde des cabinets de conseils a réussi à imposer, via le monde politique, des pratiques le plus souvent inefficaces et ruineuses.

Le marché financier des « droits à polluer » est une parfaite illustration de cette gabegie, même si l’Union européenne va corriger le tir… d’ici 2034 !!!

De plus, elles vont à l’encontre du bon sens et compliquent souvent le travail des personnes qui sont « sur le terrain ». En quelques décennies, la France, ancien pays de production, est devenue un pays d’administration 😪.

Revenons aux visites mystères de l’AMF. Les « faux prospects » venant ouvrir un compte titre se présentaient sous deux profils différents, au moment d’expliquer le motif de leur venue :

  • « Je voudrais investir sur les marchés financiers dans des placements durables, pour valoriser/faire fructifier mon épargne ».
  • « Je voudrais investir sur les marchés financiers pour faire fructifier mon épargne ».

Dans les deux cas, le visiteur mystère disposait d’une épargne financière dont le montant était compris entre 60 000 et 105 000 euros.

Il était à la recherche d’un conseil en investissement et prêt à prendre des risques pour valoriser son capital dans les dix ans à venir, en choisissant un placement durable. L’objectif de cette campagne portait sur :

  • La vérification de la bonne application de la directive sur les marchés d’instruments financiers (MIF 2), visant à renforcer la protection des investisseurs.
  • Le respect de la règlementation relative à la « durabilité» (taxonomie verte, règlement SFDR et les « principales incidences négatives » de cette durabilité.
  • La connaissance du client et plus spécifiquement sur le recueil de ses préférences en matière de durabilité, au travers de la qualité du questionnement, du conseil délivré, ainsi que de la nature des produits proposés.

Comme vous le constatez, cette notion « d’investissement durable » est une véritable usine à gaz, même pour les vendeurs de ce type de produits. En effet, la campagne de l’AMF a montré que :

  • Lors de plus d’un entretien sur deux, les visiteurs mystère ont estimé que les conseillers rencontrés ont manqué de clarté et de pédagogie.
  • Dans deux cas sur trois, les conseillers ne connaissaient pas suffisamment le thème de la finance durable.

Une proportion importante de conseillers bancaires n’a pas interrogé le visiteur mystère sur les aspects financiers de façon complète pour établir son profil, alors que c’est une obligation.

Ainsi, seulement le tiers des conseillers l’ont interrogé sur ses projets et objectifs financiers. Pire, seulement la moitié des conseillers a interrogé le « faux prospect », sur son expérience ou ses connaissances financières !!!

Malgré cela, sur les 182 visites mystères effectuées, 72 ont abouti à une proposition commerciale et 22 à une souscription… durable 😊. De là à dire qu’il y a de l’avenir dans la finance durable… c’est vous qui voyez 😂.

« Si les gens connaissaient le fonctionnement du système bancaire,
la révolution aurait lieu demain matin »
(Henry Ford)

Chers lecteurs, prenez durablement soin de vous. Je vous aime et vous salue.