SÉRÉNITÉ PATRIMONIALE

SÉRÉNITÉ
PATRIMONIALE

L’histoire de Saint-Gobain se confond avec l’histoire de France. L’entreprise est fondée en 1665 par Jean-Baptiste COLBERT, « contrôleur général des finances » du Roi Louis XIV, sous le nom de « Manufacture royale des glaces ». C’est aujourd’hui un groupe de180 000 collaborateurs présents dans 67 pays, qui « conçoit, produit et distribue des matériaux et des solutions pensés pour le bien-être de chacun et l’avenir de tous » dans le bâtiment, les transports, les infrastructures, ainsi que dans de nombreuses applications industrielles.

Les 2 000 salariés de l’usine de Pont-à-Mousson (PAM) en Meurthe-et-Moselle sont inquiets, car se profile une cession de 60 % du capital de leur usine au numéro un chinois : XIN-XING. Quand on sait que leur usine qui abrite les derniers hauts-fourneaux lorrains, et qu’elle est notamment célèbre pour sa production de bouches d’égout vendues partout dans le monde… Cela rappelle la triste « affaire Arcelor- Florange » avec l’indien MITTAL en 2006… qui se termine mal.

Il faut ici rappeler que PAM détient un portefeuille conséquent d’actifs stratégiques dans le domaine de l’eau avec pas moins de 1.500 brevets, grâce notamment à l’excellence de son centre de recherche et développement et à un savoir-faire centenaire. Chaque année, ce sont en moyenne 50 inventions qui sont déposées à l’INPI sur les produits et les procédés.

Depuis mars 2018, les Assises de l’Eau, voulues par le Président de la République, ont clairement souligné la nécessité de renouveler ce patrimoine de l’eau et de l’assainissement : « À l’heure où le taux de fuite dans nos réseaux dépasse les 20 %, à l’heure où la part des travaux de canalisations représente 60 % des investissements en eau et assainissement des collectivités, les entreprises françaises, dont Saint-Gobain PAM, sont prêtes pour le renouvellement de nos canalisations ».

Alors, tout ce savoir-faire stratégique partirait pour la Chine ? Comme d’habitude, les « chamailleries politiciennes » sont de mise. Comme d’habitude, le ministre des Finances « suit l’affaire de très près »… la routine quoi… la France est encore sur le point de perdre un de ses fleurons industriels sans que le président, le monde politique et les « grands merdias » n’en informent largement les populations.

Et ceux-ci de s’étonner quand des gilets jaunes scandent à leur endroit : « dégagez » !!! Il est vrai qu’une partie d’entre eux ont été « mis en place » par l’oligarchie mondialiste, pour continuer la dislocation de l’état !!!